Publicité

Coupe du monde de rugby: qui est Alice Renavand, la danseuse étoile au cœur de la cérémonie d'ouverture ?

Des mois qu'ils y pensent et ça y est : le moment est arrivé. Portés par le soutien populaire de tout un pays, les Bleus attaquent leur Coupe du monde à domicile ce vendredi avec un choc d’entrée face aux All Blacks (21h15). Un rendez-vous qu’ils ont préparé encore et encore, censé être le point de départ d'un défi immense : remporter un sacre historique le 28 octobre. Dans un Stade de France incandescent, l'affiche promet un sommet titanesque. Mais avant le combat des chefs, et avant le toujours très attendu haka néo-zélandais, le public aura droit à une cérémonie d’ouverture d’une vingtaine de minutes en guise d’apéritif.

>> EN DIRECT - Suivez le choc entre la France et la Nouvelle-Zélande

Passionné de rugby, l’acteur oscarisé Jean Dujardin en sera le personnage principal. C’est lui qui a co-écrit le show avec le concepteur de spectacles Olivier Ferracci et la metteuse en scène Nora Matthey. Plus de 200 bénévoles et 33 personnalités - dont les chanteurs Vianney et Zaz, les chefs Guy Savoy et Yves Camdeborde - participeront à cette "performance théâtrale" chargée de mettre en lumière "le savoir-faire et l'art de vivre français, son riche héritage et sa passion pour le sport, tout en commémorant le bicentenaire du rugby". Les spectateurs et téléspectateurs seront plongés au cœur d’un village français des années 1950 avec l’histoire d’amour d’un boulanger, Jean Dujardin, et d’une costumière, la danseuse étoile Alice Renavand, que le grand public découvrira peut-être.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

"J’avais participé au tirage au sort de la phase de groupes de la Coupe du monde (en décembre 2020) aux côtés de Jean Dujardin, Guy Savoy, Yann-Arthus Bertrand, Christian Louboutin… C’est comme ça que j’ai rencontré Jean Dujardin. Quand ils se sont penchés sur l’équipe qui allait composer la cérémonie d’ouverture, Jean a pensé à moi. Il tenait vraiment à représenter tout l’artisanat et les talents français. Comme moi, il pense que la danse a sa place sur les terrains de rugby et que la danse fait aussi partie de ce qu’on fait de bien en France. Et puis il y a plein de points communs entre la danse et le sport. On a cette sensibilité commune du dépassement de soi, de l’effort physique", raconte-t-elle à RMC Sport.

"Il y aura beaucoup d’émotion"

Née en 1980 en région parisienne, fille d'un couple franco-vietnamien, Alice Renavand est "entrée à l’école de danse à 8 ans et demi", puis dans le Corps de ballet de l'Opéra National de Paris à 17 ans. "J’ai gravi peu à peu les échelons, jusqu’à être nommée danseuse étoile en 2013. J’ai fini ma carrière à l’Opéra de Paris le 28 mai dernier avec le Boléro de Maurice Ravel après une grave blessure. J’aurais dû partir et raccrocher les pointes le 13 juillet 2022 (à 42 ans, comme le veut la tradition pour les danseurs arrivant à cet âge, ndlr), mais mes adieux ont été reportés parce que je me suis gravement blessée ce soir-là. Une rupture des ligaments croisés, comme beaucoup de sportifs finalement", sourit-elle aujourd’hui, avec "une grosse pensée pour Romain Ntamack", victime de la même blessure au genou et forfait pour ce Mondial.

Chez Alice Renavand, le ballon ovale fait d’abord ressurgir des souvenirs familiaux. "Mon papa était un vrai fan de rugby, je regardais les matchs avec lui quand j’étais plus jeune ! Ça me rend très heureuse de faire partie de cette cérémonie d’ouverture. J’ai l’impression d’être entrée dans une autre grande et belle famille. Je ne peux pas trop en dire, vous allez tout découvrir ce soir mais on aura vraiment à cœur de présenter quelque chose de beau, d’émouvant et de joyeux. Il y aura beaucoup d’émotion", nous confie la danseuse de 43 ans, qui concède "une petite pointe de stress même si la joie et l'excitation vont vite reprendre le dessus".

"J’ai l’habitude du spectacle, de me produire sur scène, mais là ce sera différent, dit-elle. Déjà, il y aura un plus de spectateurs qu’à l’Opéra de Paris (sourire). Ce sera aussi retransmis en direct. Mais j’ai hâte et je suis curieuse de voir ce que ça va donner et de voir comment ce sera accueilli. On répète à fond depuis trois semaines avec un chorégraphe. Ils avaient préparé beaucoup de choses, mais j’ai pu apporter ma personnalité. Il y aura de la danse, de l’acrobatie... Il y a forcément un peu de stress et l’envie de bien faire, mais il vaut mieux stresser toute la journée et pas ce soir ! On souhaite surtout profiter, faire plaisir au public et faire honneur à nos joueurs."

Article original publié sur RMC Sport