Publicité

Colère des agriculteurs : le renseignement territorial alerte sur un « risque de dérapages »

Les blocages se poursuivent et s’intensifient sur les autoroutes françaises. Les agriculteurs en colère espèrent des réponses concrètes.   - Credit:FRANCOIS GREUEZ/SIPA / SIPA / FRANCOIS GREUEZ/SIPA
Les blocages se poursuivent et s’intensifient sur les autoroutes françaises. Les agriculteurs en colère espèrent des réponses concrètes. - Credit:FRANCOIS GREUEZ/SIPA / SIPA / FRANCOIS GREUEZ/SIPA

Routes bloquées, appels médiatiques, bientôt des bâchages de radars : soutenus par une large part de la classe politique, les agriculteurs français ne désarment pas pour obtenir des « mesures concrètes » du gouvernement de Gabriel Attal. La profession est échaudée par les reports successifs du projet de loi agriculture, promis il y a plus d'un an par Emmanuel Macron et finalement moins ambitieux que la « loi d'orientation agricole » initialement annoncée. Le gouvernement craint un embrasement, tout comme les renseignements.

La Direction nationale du renseignement territorial (DNRT) a émis une première alerte sur les « risques de dérapages » qui « s'accentuent » avec l'amplification des actions menées par les agriculteurs, selon une note confidentielle relayée par RTL, mercredi 24 janvier. Selon le document, le renseignement territorial craint en réalité que la mobilisation n'échappe au contrôle des syndicats et mène à des dérapages. « Les syndicats risquent d'être débordés si l'attente est trop longue », avertit la DNRT. Elle recommande au gouvernement de mettre en œuvre des mesures rapidement pour « calmer les esprits les moins échauffés ».

Une action très suivie

La montée du mouvement des syndicats agricoles touche maintenant d'autres professions, à l'image du BTP ou des marins-pêcheurs. La note souligne que des « actions d'envergure sont attendues dans les prochaines 48 heures ». Une action interrégionale, réunissant plusieurs professions, doit se tenir je [...] Lire la suite