Publicité

La « charge mentale » des hommes existe-t-elle ?

Gestion des repas, des tâches ménagères, des devoirs des enfants, des vacances… Huit femmes sur dix déclarent, en effet, faire l’objet d’une (très) inéquitable répartition des tâches au sein du foyer (« Les Français et la charge mentale », Ipsos, 2018). Au point de peiner, parfois, à concilier vie professionnelle et familiale.  - Credit:www.alamy.com / Alamy Stock Photo / Abaca

Peut-on parler de la charge mentale des hommes ? En souffrent-ils seulement ? Développé par nos confrères du Figaro, le 14 janvier dernier, dans un article intitulé « La charge mentale des pères de famille : ce sujet tabou dont on ne parle qu'en coulisses », ce qui est alors présenté comme un impensé provoque un tollé.

Tournée en dérision sur le réseau social X (« Chouchous » ; « Ouin ouin, les hommes » ; « Les hommes chouinent… »), l'enquête l'est aussi dans la presse : « On notera donc que la nouvelle "charge mentale des pères de famille", c'est se mettre à faire ce qu'ils ne faisaient pas autrefois et s'en sentir débordés », ironise Libération.

Fatigue physique et psychique

De fait, l'expression, qui a surgi dans le débat public il y a plusieurs années avec le retentissement d'une évidence laissée longtemps sous silence, concerne majoritairement le genre féminin. « Poids psychologique que fait peser [plus particulièrement sur les femmes] la gestion des tâches domestiques et éducatives, engendrant une fatigue physique et, surtout, psychique », définit lui-même Le Larousse, qui faisait entrer le concept dans son dictionnaire, en 2020.

À LIRE AUSSI « Charge mentale » : le ras-le-bol des femmes

Gestion des repas, des tâches ménagères, des devoirs des enfants, des vacances… Huit femmes sur dix déclarent, en effet, faire l'objet d'une (très) inéquitable répartition des tâches au sein du foyer (« Les Français et la charge mentale », Ipsos, 2018). Au point de peine [...] Lire la suite