Publicité

Bundesliga: l'arbitre de Bochum-Dortmund menacé et placé sous protection après son erreur

Bundesliga: l'arbitre de Bochum-Dortmund menacé et placé sous protection après son erreur

L'arbitre allemand qui a reconnu avoir commis une erreur lors du match nul (1-1) du Borussia Dortmund à Bochum vendredi en ouverture de la 30e journée du championnat d'Allemagne de football a porté plainte après avoir reçu des menaces le visant ainsi que sa famille.

Des médias allemands précisent que Sascha Stegemann a été placé sous protection judiciaire. Invité dimanche de l'émission de télévision Doppelpass, Stegemann a expliqué ne pas avoir eu d'autre choix que de porter plainte.

L'arbitre avait reconnu la veille, après avoir visionné les images du match, avoir pris une mauvaise décision en ne sifflant pas un pénalty en faveur du Borussia Dortmund, qui a perdu sa place de leader de la Bundesliga au profit du Bayern Munich, vainqueur dimanche du Hertha Berlin (2-0).

Il pense à faire une pause dans sa carrière

"Je comprends parfaitement les émotions relatives à ce qui s'est passé vendredi soir. Mais ma famille et moi avons reçu des menaces très spécifiques et après les avoir vues, j'ai déposé une plainte criminelle", a-t-il dit. Stegemann a ajouté qu'il s'interrogeait sur l'opportunité de "faire une pause" et de s'éloigner un temps des pelouses.

Dans un communiqué diffusé samedi, la fédération allemande a estimé que les images TV démontraient que Stegemann aurait dû accorder un pénalty au Borussia après une faute sur l'attaquant Karim Adeyemi dans la surface de réparation de Bochum. Stegemann, dans une interview accordée samedi au quotidien Bild, a admis son erreur et regretté que l'arbitre vidéo s'occupant de la VAR ne lui ait pas suggéré d'aller consulter les images.

Le BVB, qui comptait un point d'avance sur le Bayern à l'orée de la 30e journée, est désormais deuxième, à deux points du club munichois. Il reste quatre journées d'ici la fin de la saison. Le président de Dortmund, Hans-Joachim Watzke, a souligné dimanche que "les menaces et l'animosité ne seraient pas tolérées".

Article original publié sur RMC Sport