Publicité

Boxe: pourquoi Jermall Charlo ne défend pas sa ceinture pour son retour deux ans et demi après

Près de deux ans et demi qu’on ne l’a plus vu sur un ring. Plus d’un an que la WBC possède un champion intérimaire dans la catégorie où il règne. Vu la situation, le retour aux affaires de l’Américain invaincu Jermall Charlo, champion WBC des poids moyens, aurait logiquement dû se faire pour une défense de titre. Ce ne sera pas le cas. "Hit Man" remonte entre les cordes ce samedi soir à Las Vegas face à Jose Benavidez Jr, grand frère de David Benavidez (qui sera dans le combat principal face à Demetrius Andrade), un boxeur qui n’a jamais été champion du monde et qui ne possède aucun grand nom du noble art dans la colonne victoires de son palmarès, battu sur TKO par le roi des welters Terence Crawford en 2018 et sur décision partagée par Danny Garcia en 2022.

>> Suivez le retour de Jermall Charlo et le choc Benavidez-Andrade avec les offres RMC Sport

De quoi décevoir les observateurs. Sans couronne en jeu. Mais pourquoi ce choix? Et comment peut-il rester champion après tant de temps sans défendre sa ceinture? Pro depuis 2008, sacré chez les super-welters (IBF) dans le passé, le frère jumeau de Jermell Charlo – actuel champion WBC-WBA-The Ring des super-welters – a quitté les rings depuis sa victoire par décision unanime sur Juan Macias Montiel en juin 2021. A l’époque, on imagine un tas de beaux combats pour lui à l’horizon. On évoque Gennadiy Golovkin pour une unification chez les moyens ou Saul "Canelo" Alvarez à l’étage supérieur. Depuis, plus rien. Quelques blessures ont jalonné la route, comme toujours ou presque dans les sports de combat. Mais surtout un gros coup de moins bien psychologique.

"Je n’étais pas prêt mentalement à revenir dans le ring à ce moment-là"

Le garçon n’avait plus la tête à la boxe. Jusqu’à refuser ces derniers mois la proposition de monter de catégorie pour un combat clinquant et lucratif face à Canelo, champion incontesté des super-moyens, qui finira par revenir à… son frère Jermell, battu par la superstar mexicaine en septembre sans avoir montré grand-chose. "Je devais affronter Canelo, a-t-il confirmé ces derniers jours devant les médias. J’ai eu l’offre, le coup de téléphone, mais je n’étais pas prêt mentalement à revenir dans le ring à ce moment-là. J’ai donc laissé mon frère profiter de ce moment." Mais pourquoi ne pas défendre sa ceinture pour son retour en affrontant le Dominicain Carlos Adames, champion WBC intérimaire des moyens depuis octobre 2022?

La réponse fait entrer dans les coulisses souvent ubuesques de la boxe professionnelle. Premier Boxing Champions, son promoteur, et son patron Al Haymon ont des rapports très forts avec la fédération mexicaine. Qui se retrouvent dans les classements et dans le manque de volonté de la WBC de rendre vacante la ceinture d’un champion pourtant trop longtemps inactif mais qui fait partie des plus beaux poulains de PBC. Lors de sa récente convention annuelle, la WBC a rappelé le statut de challenger obligatoire de Charlo pour Adames et confirmé que l’Américain devrait affronter le Mexicain après son combat contre Benavidez. Mais l’intéressé a d’autres idées en tête, les yeux tournés vers les super-moyens.

"Je suis partant pour affronter le vainqueur de David Benavidez-Demetrius Andrade, lâche-t-il comme un défi. Je suis également partant pour Caleb Plant (qui lui avait adressé une gifle lors de la pesée du choc Spence-Crawford en juillet, ndlr). Et je suis partant pour Canelo. En super-moyens, la porte est grande ouverte pour moi. J’espère qu’on pourra avoir Canelo en mai pour le Cinco de Mayo. Il faut que je fasse une grosse performance samedi et ce sera aux médias et aux fans de militer pour que je puisse avoir ce combat." Peu importe la suite. Le monde du noble art reste ravi de revoir à l’œuvre le talentueux Jermall. Qui ne cache pas avoir des fourmis dans les gants. "Je suis super excité. La boxe me manque, les combats me manquent. Je m’excuse pour mon absence et j’espère que vous aure l’occasion de voir le vrai Jermall Charlo."

Si son camp d’entraînement officiel n’a duré que "deux-trois semaines", le champion WBC des moyens n’a pas quitté la salle pendant deux ans et demi. Et il compte bien le montrer même s’il faudra dérouiller un peu la machine. "Je suis OK avec le fait d’être un peu rouillé pour ce combat car c’est mon premier en plus de deux ans. Mais je sais ce dont je suis capable. Je vais y aller et essayer d’être le meilleur possible, le plus rapide possible. Envoyer les coups aussi vite que je peux, faire les bons mouvements au bon moment. Vous aurez droit à un Charlo à 100%, c’est une promesse." S’il pouvait ensuite défendre sa ceinture, cela nous arrangerait bien pour la crédibilité de la boxe.

Article original publié sur RMC Sport