Publicité

Botafogo: Textor allume le champion Palmeiras, "protégé" par l’arbitrage, selon lui

John Textor ne lâche pas l’affaire. Après ses accusations de corruption contre la Fédération brésilienne, puis la publication d’un rapport pour souligner des erreurs d’arbitrage, le propriétaire de Botafogo et de Lyon notamment s’en est pris à la présidente de Palmeiras Leila Peireira, après le sacre du club de Sao Paulo dans le championnat brésilien, mercredi. Pour l’homme d’affaires, celui-ci est décrédibilisé par des décisions arbitrales largement en sa faveur.

"Palmeiras profite de la protection de l'arbitrage"

Leila Peireira avait qualifié John Textor de "déséquilibré" après l'envoi par l'Américain ( avant a dernière journée de championnat - au tribunal supérieur de la justice sportive brésilienne (STJD) d'une étude indiquant que Botafogo devrait avoir 21 points de plus que Palmeiras en raison d'éventuelles erreurs arbitrales.

"Je comprends que Mme Pereira (Leila) serait contrariée par notre dépôt auprès de la justice", a écrit Textor dans un texte sur son site. "Les attaques personnelles, cependant, n'aident personne, donc je ne répéterai pas cette action. Elle a toujours été généreuse avec moi et je pense que les sérieuses circonstances d'erreurs d'arbitrage et probablement de manipulations de match mettraient Botafogo dans une position contraire à ses intérêts. Je reste intéressé à travailler avec Palmeiras et tous les clubs du Brésil pour une nouvelle ligue qui aura le soutien du fair-play pour la compétition nationale."

"Je n’ai jamais suggéré qu’elle soit personnellement responsable des actions curieuses et des forces externes qui soutiennent le succès de son équipe. Ironiquement, tout comme elle suggère que je suis un gars "déséquilibré" à cause de l'étude, je voulais lui rappeler que nous recherchons quelque chose d'équilibré pour le bénéfice de tous les clubs, et pour le bénéfice de tout le Brésil."

"Au sujet de l'équilibre, il convient de noter que son équipe vit dans un monde où jouer à 11 contre 10 représente l'équilibre", allume encore Textor.

"Palmeiras a bénéficié de l'avantage de 11 contre 10 à onze reprises au cours de la saison 2023, année au cours de laquelle les équipes ont obtenu en moyenne cet avantage à 3. Botafogo, qui cette année-là avait une concurrence agressive (également confrontée à des actions violentes documentées), n'en a pas profité à aucun moment. Bien entendu, les statistiques ne font aucune mention des trois cartons rouges évidents que Palmeiras aurait dû recevoir, à tout le moins, tout comme il existe une documentation indépendante entre les mains du STJD. On sait que d'autres clubs ressentent la même chose, Palmeiras profite de la protection de l'arbitrage."

"Encore une fois, les erreurs de parti pris et les erreurs de manipulation sont anciennes dans le football. Lors du Brasileirão 2023, nous avons prouvé que cela a eu un changement efficace dans le classement du championnat. La seule différence est que cette fois, SAF Botafogo a été la première à envoyer au gouvernement judiciaire des statistiques avancées et une confirmation indépendante des problèmes qui, selon nous, peuvent être résolus pour le futur... pour le bénéfice de nous tous. Mme Pereira... Félicitations pour le titre Brasileirão 2023."

Article original publié sur RMC Sport