Publicité

Basket: tout savoir sur l’imbroglio autour de Marine Johannès, potentiellement privée d’Euro par le staff des Bleues

Basket: tout savoir sur l’imbroglio autour de Marine Johannès, potentiellement privée d’Euro par le staff des Bleues

Marine Johannès est en pleine possession de ses moyens. La preuve: avec ses 16 points lors du match d’appui de la finale du championnat de France lundi contre Villeneuve d'Ascq (victoire 76-68), elle a été l’une des grandes artisanes du sacre des Lyonnaises. Pourtant, elle risque de regarder le prochain Euro (15-25 juin en Slovénie et Israël)... depuis son salon.

La nouvelle, redoutée depuis quelques semaines, a été révélée dans les colonnes de L’Equipe dimanche: à moins d’un mois du début du championnat d’Europe, le staff de l’équipe de France aurait choisi de se passer de l’arrière (1,78m, 28 ans) pour cet échéance. En cause: un aller-retour express aux Etats-Unis prévu par la Tricolore afin de rejoindre sa franchise du New York Liberty, parapher son contrat et s’assurer une place dans l'effectif d'une équipe taillée pour aller chercher le sacre en WNBA.

Afin de construire une alchimie de groupe et préparer au mieux cet Euro, les dirigeants du basket français et le staff technique souhaitaient s’assurer de la présence de toutes les joueuses dès ce mercredi 24 mai pour débuter la préparation. Depuis plusieurs semaines, la donne était connue: tout passage par la WNBA au-delà cette date butoire du 24 mai serait synonyme de non-convocation pour l'Euro.

Face à la volonté de Johannès de faire un saut de l’autre côté de l’Atlantique et après trois mois de tractation entre la joueuse, son entourage et la Fédération française, la décision de ne pas la convoquer a donc été actée. Au grand dam du basket français, désireux de voir l’une de ses meilleures représentantes défendre le maillot bleu à l’Euro.

Batum: "Je trouve ça extrêmement dégueulasse"

En début de semaine, Tony Parker, son président à l’ASVEL, a été le premier à dégainer. "C'est injuste ce qu'il se passe autour d'elle, s’est insurgé l’ancien meneur des San Antonio Spurs auprès de L’Equipe. Elle n’a pas loupé un rendez-vous depuis 2015. On veut l'équipe de France avec Marine. Elle est championne d'Europe et de France (cette saison avec l’ASVEL, ndlr) et tu veux faire un Euro sans elle ? C'est n'importe quoi. Nous les garçons, on pouvait faire des allers-retours pour signer nos contrats. C'est arrivé plein de fois. Elle ne louperait même pas un match officiel. J'adore Toupane (Jean-Aimé, le sélectionneur) et Siutat (Jean-Pierre, le président de la fédération), mais à un moment donné... Pour cinq jours... J'ai essayé de peser."

Dans la foulée, Parker a vu Nicolas Batum lui emboîter le pas. Avec un discours encore un peu plus offensif. "L'ultimatum autour de sa tête je trouve ça extrêmement dégueulasse, s’est emporté l’ailier tricolore dans une émission de First Team. Elle demande une semaine pour gérer un truc contractuel, qu'on lui mette un ultimatum si tu viens pas tu fais pas les JO je trouve ça extrêmement dégueulasse. Je défends quelqu'un qui m'est très cher. Je comprends ce que la Fédé veut dire et la préparation au niveau des joueuses. Marine, elle est forte, elle est avec son équipe en finale, elle va jusqu'au bout. On n'a pas beaucoup de gens qui ont ce niveau-là. Elle est kiffée ici (aux Etats-Unis). Arrêtez de faire ch... bordel. Laissez là. Elle va venir. Cette fille est passionnée, elle a du sang bleu dans les veines. Elle ne veut pas louper, elle veut tout faire. Laissez-là gérer et elle revient."

Une inquiétude pour les JO 2024 ?

La situation autour de Johannès est encore plus préoccupante au regard des règles dictées par la Fédération: toute joueuse absente de l’Euro 2023 - sans raison estimée valable - devient inéligible pour les JO de Paris 2024. Comme l’a assuré L'Équipe, cette donne a été confirmée par les deux camps. Mais, si la Fédération estime que l’Euro 2023 doit servir de tremplin pour les JO, difficile d’imaginer les Bleues se passer de l’une de leurs meilleures joueuses pour les Jeux à domicile.

Pour l’Euro, un retournement de situation est toujours possible tant que la liste élargie des 16 joueuses convoquées pour la suite de la préparation n’a pas été communiquée. Mardi soir, selon L’Equipe, la tendance n’était cependant pas à l'optimisme. Ce mercredi, un groupe élargi de 23 joueuses s’est retrouvé à l’INSEP. Avec une absence particulièrement remarquée.

Article original publié sur RMC Sport