Publicité

Basket: pourquoi Wembanyama a "gagné" plusieurs centimètres depuis son arrivée en NBA

Basket: pourquoi Wembanyama a "gagné" plusieurs centimètres depuis son arrivée en NBA

C’est la magie de la NBA. En l’espace de quelques jours, entre son départ de la France et son arrivée aux Etats-Unis où il a été drafté en première position par les San Antonio Spurs, Victor Wembanyama a grandi… si l’on en croit les chiffres officiels. Listé à 2,21m par la Ligue nationale de basket et mesuré à 2,22m selon son préparateur physique, le phénomène français est annoncé à 2,25m par le site officiel de la NBA.

La NBA est le championnat de la démesure et de tous les excès. Mais la plus grande ligue de basket au monde n’est pas encore capable de tirer sur les jambes des joueurs pour les allonger. L’écart de trois à quatre centimètres entre les mesures en France et aux Etats-Unis a en fait une explication tout à fait rationnelle.

En NBA, les franchises ont l’habitude de mesurer les joueurs avec leurs chaussures, quand d'autres pays - la France en l'occurrence - imposent aux basketteurs de se mettre pieds nus avant de se placer sous la toise. Une différence culturelle… qui s’explique aussi par des arguments marketing.

La NBA a décidé de sévir

Mesurer les joueurs avec leurs chaussures fait gagner environ trois centimètres, ce qui permet d’amplifier les caractéristiques hors normes d’athlètes déjà à part. Wembanyama suscite un engouement presque inédit dans l'histoire en étant mesuré à 2,22m ? Annoncez-le à 2,25m et le phénomène prendra encore un peu plus d’ampleur.

Ces dernières années, la NBA a tout de même décidé de sévir. En 2019, la grande ligue a imposé aux franchises de communiquer les tailles exactes de leurs joueurs durant la première semaine du camp d’entraînement. A l’époque, l’instauration de cette règle avait d’ailleurs beaucoup amusé les principaux concernés. "Je me souviens avoir rigolé quand on annonçait que je mesurais 1,80m, parce que je savais, comme 20.000 autres personnes dans la salle, que c’était un mensonge", s’était par exemple maré J.J Barea (Minnesota Timberwolves, Dallas Mavericks), longtemps listé à 1,80m ou un peu plus… avant d’être annoncé à 1,78m pour la fin de sa carrière.

"Moi, quand je parle aux femmes, je mesure 2,13m. Dans le milieu du basket, je fais 2,06m" Kevin Durant

Quand J.J Barea avait tendance à être grandi, il existait le phénomène inverse pour les joueurs plus grands. Kevin Durant, par exemple, s’est longtemps enlevé quelques centimètres pour être considéré comme un ailier et non un intérieur. "Moi, quand je parle aux femmes, je mesure 2,13m. Dans le milieu du basket, je fais 2,06m", s’amusait ainsi le double champion NBA (2017, 2018) dans les colonnes du Wall Street Journal en 2016. Même principe pour Kevin Garnett, qui préférait être annoncé à 2,11m (alors qu’il faisait sans doute un peu plus) pour ne pas être considéré comme un pivot.

La taille de Wembanyama, un mystère qui aurait volontairement été entretenu

Aussi étonnant que cela puisse paraître, être (trop) grand n’est pas tout le temps considéré comme un avantage dans le basket. Selon les informations du Parisien, l'entourage de Wembanyama a pendant longtemps choisi d'entretenir le flou autour de la taille de l’ancien joueur de Boulogne-Levallois pour ne pas trop inquiéter les franchises NBA, toujours frileuses à l’idée de recruter un géant de plus de 2,15m en raison de la complexité d’entretenir un tel physique.

"Ce sont des joueurs qui ont de grands segments, donc les articulations ont plus de pression et de compression. Il faut faire extrêmement attention, nous expliquait Pierre-Yves Couve, ancien kiné de Wembanyama en équipe de France U16, il y a quelques semaines. Quand vous avez de grands segments comme ça, c’est le levier qui compte, le mouvement de la force. Sans vous abreuver de termes techniques, plus vous avez un levier qui est grand, plus les pressions sont fortes sur les articulations."

Pour Wembanyama, qui possède une mobilité unique pour un joueur de cette taille, être un géant ne l’a cependant pas empêché de devenir le premier Français sélectionné en première position de la draft NBA. Le nouveau joueur des Spurs affole la planète basket. Et ce peu importe le nombre exact de centimètres sous la toise.

Article original publié sur RMC Sport