Publicité

Aya Nakamura sacrée, Gazo artiste de l’année… Les Flammes honorent le rap français

Aya Nakamura a été couronnée artiste de l’année lors de la première cérémonie des Flammes, dédiée au rap et ses courants, dans la nuit de jeudi à vendredi au théâtre du Châtelet à Paris. Parmi les autres grands gagnants, Gazo, représentant de la drill (courant sombre du rap venu de Chicago), a été sacré artiste masculin de l’année et a remporté l’album Spotify de l’année, la plateforme musicale étant partenaire de la cérémonie.

Dinos, avec « Hiver à Paris », album teinté de mélancolie, reçoit le prix de l’album rap de l’année. « Comme on est devant toute l’industrie (musicale), j’ai envie de dire qu’il faut qu’on soit plus unis », a lâché au micro celui qui était devenu le premier rappeur à chanter aux César, la grande messe du cinéma français, en début d’année.

À lire aussi Virginie Ledoyen, Aya Nakamura et Léna Mahfouf au défilé Kenzo

Mais l’avenir s’appelle Tiakola. Le rappeur de la région parisienne, âgé de 23 ans, a remporté le prix de l’album nouvelle pop de l’année (« Mélo »), ainsi que la Flamme du morceau r’n’b (« Atasanté », en collaboration avec Hamza) et celle du morceau d’inspiration afro (« Soza »).

Les Flammes ont donc commencé à réparer les impairs des Victoires, qui n’ont jamais su comment s’y prendre avec le rap, pourtant présent en France depuis 40 ans. Comme en 1999, quand le groupe Manau, se réclamant d’une variété celtique, reçoit, gêné, le trophée rap - qui n’existe même plus - face au monument NTM. Aya Nakamura, chanteuse francophone la p...


Lire la suite sur ParisMatch