Publicité

Au Royaume-Uni, où 150 écoles menacent de s’effondrer, la sortie de cette ministre ne passe pas

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, et la ministre de l’Education, Gillian Keegan, lors d’une visite dans une école du North Yorkshire le 21 août 2023
Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, et la ministre de l’Education, Gillian Keegan, lors d’une visite dans une école du North Yorkshire le 21 août 2023

ROYAUME-UNI - « C’est notre ministre de l’Éducation », « Quelle insulte pour les enfants et leurs parents »… Voilà certains des commentaires de plusieurs députés travaillistes britanniques après une interview donnée par la ministre conservatrice de l’Éducation, Gillian Keegan, à ITV News ce lundi 4 septembre.

Elle était notamment interrogée sur la grave crise que traversent les écoles outre-Manche, appelée la « RAAC Crisis ». Des dizaines d’établissements scolaires construits avec un type de béton défectueux menaçant de s’effondrer et n’ont pas pu accueillir leurs élèves à la rentrée.

Une liste de 150 écoles a été dressée par les pouvoirs publics. Le problème était connu depuis plusieurs années et des travaux ont été entrepris dans de nombreux établissements, mais une centaine d’entre eux n’a pris « aucune mesure » selon le gouvernement qui leur demande donc de « libérer les espaces ou les bâtiments connus pour contenir » ce type de béton.

Interrogée sur le fait qu’il y ait potentiellement des centaines d’autres écoles concernées, la ministre Gillian Keegan a âprement défendu l’exécutif. Et d’ajouter alors que l’interview se terminait tout juste : « Est-ce que ça arrive à quelqu’un de dire’’tu sais quoi tu as fait un p*tain de bon travail’’ parce que tous les autres ils n’ont pas bougé leur c*l, et ils n’ont rien fait ». Qui désignait précisément la ministre par ce « ils » ? Les écoles, les gouvernements précédents ?

Comme le rapporte la BBC, la ministre s’est excusée dans une interview donnée plus tard dans la journée, et a expliqué avoir été irritée par les questions du reporter. « Il donnait l’impression que c’était entièrement de ma faute. C’est frustrant parce que nous faisons tout ce que nous pouvons pour être proactifs », a-t-elle justifié en indiquant que le « ils » n’était destiné à personne en particulier.

Tollé chez les profs et dans l’opposition

En tout cas la séquence dévoilée par ITV News qui a fait bondir l’opposition mais aussi le NEU, le plus grand syndicat au sein de l’éducation nationale britannique.

« Et voici donc l’actuelle ministre de l’éducation », dénonce le député travailliste Karl Turner.

« Quelle insulte pour les enfants et le personnel des écoles qui se trouvent en insécurité. Non, je ne crois pas que les parents veulent remercier le ministère pour son inaction », réplique l’élue Lib-Dem Munira Wilson.

« Killian Keegan du bon travail ? Sous votre gouvernement, des milliers d’enfants voient leur éducation perturbée au début d’une nouvelle année scolaire en raison de l’effondrement du béton et des bâtiments scolaires dangereux. Le problème du RAAC est connu depuis des années et ne constitue que la pointe de l’iceberg », tonne encore le syndicat NEU.

Des tribunaux et des hôpitaux aussi menacés ?

La pression est montée depuis quelques jours à l’endroit de l'’exécutif, accusé d’avoir sous-estimé le problème, qui pourrait aussi concerner des hôpitaux et des tribunaux. L’opposition réclame la publication de la liste des écoles concernées et fustige les politiques d’austérité mises en place par les conservateurs au pouvoir depuis 13 ans.

« La rentrée scolaire de certains enfants sera retardée parce que leurs écoles s’effondrent littéralement. Ce gouvernement inefficace a ignoré les alertes », a ainsi accusé le chef de l’opposition travailliste Keir Starmer sur X (ex-Twitter).

Citant des experts, certains médias affirment que des centaines d’autres établissements scolaires pourraient être concernés, sur les 22 000 écoles que compte le pays.

« Nous dépenserons autant que nécessaire pour nous assurer que les enfants peuvent aller à l’école en sécurité, et les parents peuvent être certains que nous ne prendrons aucun risque avec la sécurité des enfants », a promis dimanche le ministre des Finances Jeremy Hunt sur la BBC, pour défendre ses fermetures d’écoles en amont de la rentrée.

À voir également sur Le HuffPost :

À Londres, le carnaval de Notting Hill entaché par une série d’agressions au couteau

Le British Museum secoué par une rocambolesque affaire de vol, une « pagaille », reconnaît son président