Publicité

Amélie Oudéa-Castéra admet avoir songé à démissionner du ministère de l’Éducation

Amélie Oudéa-Castéra, ministre de l'Éducation, était sur le plateau de « Télématin » sur France 2, ce mercredi 17 janvier 2024.  - Credit:Capture d'écran France 2
Amélie Oudéa-Castéra, ministre de l'Éducation, était sur le plateau de « Télématin » sur France 2, ce mercredi 17 janvier 2024. - Credit:Capture d'écran France 2

Au cœur d'une polémique qui ne retombe pas depuis qu'elle est arrivée au ministère de l'Éducation, Amélie Oudéa-Castéra a admis avoir envisagé de démissionner, ce mercredi 17 janvier dans Télématin sur France 2. « Je pense que c'est normal. Moi, j'ai vraiment à cœur que l'école réussisse. La question intérieure, c'est de se dire : est-ce que les conditions, les circonstances le permettent ? » a-t-elle ainsi répondu au journaliste Thomas Sotto.

Assurant que sa détermination était plus forte que ses doutes, la ministre de l'Éducation a réaffirmé sa « détermination pour l'école » et son « envie de conduire cette feuille de route » dictée par Emmanuel Macron, « avec toutes les impulsions que Gabriel Attal y a données ».

Bientôt un ministre délégué à l'Éducation ?

Amélie Oudéa-Castéra – qui a renouvelé ses excuses auprès de l'ensemble du corps enseignant, qu'elle regrette d'avoir « heurté » – a assuré avoir « la confiance du chef de l'État et du Premier ministre » pour poursuivre ses fonctions. « Je suis toujours à leur disposition. C'est l'État, le service public, l'Éducation nationale qui priment sur toute autre considération. »

À LIRE AUSSI Affaire Oudéa-Castéra : « Ce n'est pas une faute politique ! » La ministre de l'Éducation nationale, des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques a toutefois botté en touche sur un sujet : aura-t-elle besoin d'un ministre délégué ou d'un secrétaire d'État pour l'épauler sur une partie de son portefeuille ? Elle laisse l [...] Lire la suite