Publicité

AFFAIRES OUBLIÉES. L'affaire Henri Désiré Landru, le "Barbe-Bleue de Gambais"

"Moi ? J'ai fait disparaître quelqu'un ? Eh bien, ça alors ! Si vous croyez ce que racontent les journaux !" Le 7 novembre 1921, Henri Désiré Landru, fils du modeste chauffeur Julien Landru et de la blanchisseuse Flore Henriquel, comparaissait devant le tribunal de Versailles pour le meurtre de dix femmes, de 1915 à 1919. Selon l'accusation, le cinquantenaire aurait attiré ses victimes en leur promettant le mariage, avant de les escroquer de leurs possessions, de les assassiner une à une et de faire disparaître leurs corps dans la cuisinière de sa villa de Gambais, dans les Yvelines. Véritable spectacle mené par un charmeur à l'humour provocateur, le procès attire le Tout-Paris. Mais Henri Désiré Landru nie, et niera jusqu'à son exécution, le 25 février 1922 à Versailles. Pourtant, le Ted Bundy de l'hexagone aurait bien commis les terribles crimes dont il était accusé...

Tout a commencé en 1914. Déjà fin maître de l'escroquerie, amateur de fausses identités, collectionneur d'amendes et de peines de prison, Henri Désiré Landru fait la rencontre de Jeanne Cuchet, lingère et veuve de 39 ans dont il croise le regard au jardin du Luxembourg. Peu de temps après, Jeanne et son fils André, âgé de 17 ans, disparaissent aux alentours de la ville de Vernouillet... Henri Désiré Landru, lui, poursuit sa route. Bien que marié à Marie-Catherine Rémy depuis 1893, l'homme s'inscrit à diverses annonces matrimoniales. Sous plus de 90 (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

TÉMOIGNAGE Mon perfectionnisme a failli ruiner ma vie
Il abandonne puis pend son chien pour une raison totalement futile et se fait prendre en pleine rue
TÉMOIGNAGE. “Mon ex m'a dit qu'il sortait le chien mais en fait il l'a enlevé”
La justice indemnise un couple pour la naissance non planifiée d'un enfant
TÉMOIGNAGE Je suis recouverte de 96 tatouages dessinés par des inconnus en deuil