Publicité

Adhésion de la Suède à l'Otan : la Turquie a levé son veto

La Turquie a levé son veto, mardi, quant à l'adhésion de la Suède à l'Otan.  - Credit:YVES HERMAN / X00380 / REUTERS
La Turquie a levé son veto, mardi, quant à l'adhésion de la Suède à l'Otan. - Credit:YVES HERMAN / X00380 / REUTERS

La Suède n'a jamais été aussi proche d'intégrer l'Otan. Mardi 23 janvier, la Turquie a ratifié l'adhésion de la Suède, marquant un point final à vingt mois de tractations entre Ankara et Stockholm, qui ont testé la patience des alliés occidentaux d'Ankara, désireux de faire front uni face à Moscou dans le contexte de l'invasion de l'Ukraine.

Ulf Kristersson, Premier ministre suédois, a félicité ce « pas de plus » vers l'adhésion de son pays à l'Alliance.

Cette décision turque a également été félicitée par les pays occidentaux. Washington a salué le vote du Parlement turc en faveur de Stockholm, un « partenaire solide et compétent dont l'appartenance à l'Otan renforce autant les États-Unis que l'alliance » de défense transatlantique, a dit Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche.

« L'adhésion prochaine de la Suède, tout comme celle de la Finlande qui a déjà eu lieu, renforcera encore » l'Otan, a fait valoir le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Hebestreit. C'est « une réaction directe à la guerre d'agression russe contre l'Ukraine », a-t-il rappelé.

Et pour le ministre norvégien des Affaires étrangères, Espen Barth Eide, l'adhésion de la Suède à l'Otan rendra les pays nordiques « plus sûrs ».

Les exigences turques

Pour satisfaire les exigences d'Ankara, la Suède a réformé sa Constitution et adopté une nouvelle loi antiterroriste, la Turquie accusant la Suède de mansuétude envers des militants kurdes réfugiés sur son s [...] Lire la suite