Publicité

Il y a 40 ans, une équipe parisienne découvrait le virus du sida

La découverte du sida a 40 ans.  - Credit:Julio PELAEZ / MAXPPP / PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN
La découverte du sida a 40 ans. - Credit:Julio PELAEZ / MAXPPP / PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Le 20 mai 1983, un article de la revue « Science » annonçait « l’isolement » d’un nouveau virus, celui du sida, par une équipe de trois chercheurs parisiens de l’Institut Pasteur.

En 1983, une équipe parisienne de l'Institut Pasteur reconnaissait un tout nouveau virus. Cette découverte marquait une première étape importante pour lutter contre une épidémie comptant plus de 40 millions de décès. Le 20 mai 1983, un article de la revue Science signalait « l'isolement » d'un nouveau virus. Les chercheurs d'alors Françoise Barré-Sinoussi, Jean-Claude Chermann et Luc Montagnier estiment que ce virus « pourrait être impliqué dans plusieurs syndromes pathologiques, dont le sida ».

La recherche sur le sida est, à l'époque, tâtonnante. La maladie, nouvelle, recèle beaucoup de mystères. Les premières alertes ont été lancées aux États-Unis deux ans plus tôt. Des maladies rares, la pneumocystose et le sarcome de Kaposi, sont signalées à l'été 1981 chez de jeunes homosexuels américains. Les médecins s'interrogent : pourquoi ces infections « opportunistes » habituellement réservées à des personnes très affaiblies, chez de jeunes gays jusqu'à présent en parfaite santé ?

À LIRE AUSSI - Comment la télé parlait du sida en 1982…

La maladie des quatre H

Les experts américains parlent d'une « épidémie chez les hommes homosexuels et les utilisateurs de drogue ». La maladie n'a pas encore de nom et s'étend. On observe que la population haïtienne est également touchée. On se met à parler de la « maladie des trois H » pour homosexuels, héroïnomanes et Haïtiens. Un quatrième « H » vient s'ajouter bientôt : les hémophiles, eux aussi touchés. On parle alors de la « mal [...] Lire la suite

VIDÉO - Journée mondiale de lutte contre le sida - Déclic - David : "J'ai été contaminé au VIH après un rapport oro-génital