Publicité

1798 : l’année où la France et les États-Unis sont quasiment en guerre

Les deux pays vont furieusement s’affronter dans des combats navals de part et d’autre de l’Atlantique  - Credit:DR
Les deux pays vont furieusement s’affronter dans des combats navals de part et d’autre de l’Atlantique - Credit:DR

Il s'en est fallu d'un cheveu pour que la France et les États-Unis s'affrontent officiellement dans une guerre fratricide à la fin du XVIIIe siècle. Comme le révèle un livre fort documenté de l'historien Éric Schnakenbourg, La Quasi-Guerre (éd. Tallandier), les deux pays vont furieusement s'affronter dans des combats navals de part et d'autre de l'Atlantique, déplorant plusieurs centaines de morts et de blessés, sans jamais basculer dans le conflit ouvert. Mais comment a-t-on pu en arriver là, sachant qu'une vingtaine d'années plus tôt, la France de Louis XVI a aidé les insurgents américains à s'imposer face aux colons britanniques, faisant d'elle le premier pays allié de cette jeune nation ?

En réalité, l'amertume a succédé aux premières amours… La France révolutionnaire se plaint vite de l'ingratitude des Américains : leur dette colossale (plus de 30 millions de livres) tarde à être payée, le déficit commercial se creuse avec le pays allié qui impose en plus aux navires français un droit d'entrée de 50 cents par tonneau dans ses ports – soit autant que pour les Anglais, leurs anciens colonisateurs… Et quand la guerre éclate entre la France et les monarchies britannique et espagnole, les tensions s'accélèrent : la jeune nation américaine, prudente, adopte la neutralité, ce qui ne l'empêche pas de se retrouver entraînée dans la tourmente, notamment quand la France décide d'interdire à tout navire de quitter ses ports s'ils sont chargés de produits nécessair [...] Lire la suite