Publicité

Ça défile à New York : quand Ludovic de Saint Sernin joue avec Mapplethorpe

La collection de Ludovic de Saint Sernin, inspirée de l'univers de Mapplethorpe.  - Credit:INDIGITAL.TV
La collection de Ludovic de Saint Sernin, inspirée de l'univers de Mapplethorpe. - Credit:INDIGITAL.TV

Ludovic de Saint Sernin est un rusé, comme Ulysse l'était. Mais il est plus rapide que le héros homérique : il ne lui a pas fallu dix ans pour atteindre son but. Son nom vous dit sans doute déjà quelque chose, et pas seulement parce qu'il rime avec celui de grands serviteurs de l'État. Mais aux antichambres du pouvoir, au cuir des maroquins, le jeune Ludovic de Saint Sernin a toujours préféré le cuir tout court et la chaleur des podiums, auxquels il se frotte depuis 2017.

Les aficionados de la mode se souviennent de son premier show, en juin 2019, sur les terrasses du centre Pompidou, par une chaleur écrasante, pour un premier opus très chaud, dont un passage osé, sinon olé olé, d'un modèle portant en tout et pour tout une petite serviette en éponge – avant que Balenciaga ne reprenne cette antienne…

À LIRE AUSSI Les hussards du nouveau monde

Comme un grand

Depuis, les premières fois se sont succédé chez cet homme qui a très vite compris que dans le monde raréfié de la mode, beaucoup tenait dans l'attitude : il a toujours agi comme s'il avait les moyens des grands du luxe – il suffit de voir son site Internet, déployant tous les univers, de l'accessoire au prêt-à-porter. Au passage, il surfe sur l'époque et la fluidité des genres, crée ses propres attributs esthétiques, dont un slip de cuir à rivets qui enthousiasme sa communauté de followers – plus de 336 000 abonnés sur Instagram.

Conquête de l'Ouest

C'est dans cette poursuite de notoriété qu'il faut comprendr [...] Lire la suite