Publicité

À Tchernobyl, les loups pourraient être la clé de la lutte contre le cancer

Des chercheurs américains ont découvert que les loups vivant à Tchernobyl développent un système immunitaire pouvant combattre le cancer.

Les loups de Tchernobyl pourraient être la solution de la lutte contre le cancer. (Image d'illustration) - Credit:Jochem Bermon/Solent News/SIPA / SIPA / Jochem Bermon/Solent News/SIPA

Et si la catastrophe nucléaire de Tchernobyl était la source d'une solution pour guérir le cancer ? S'il reste encore beaucoup de travail pour l'affirmer, les chercheurs de l'université de Pinceton, aux États-Unis, indiquent avoir découvert une mutation particulièrement intéressante chez les loups errants de cette région ukrainienne. Certains individus de cette meute auraient développé une mutation génétique augmentant les chances de survie au cancer, selon un communiqué publié début janvier et relayé dans The Telegraph.

Une étude menée sur dix ans

Cette découverte a été faite par les chercheurs après dix années à observer les loups ayant prospéré dans cette région. En effet, si ce site a été complètement abandonné par les humains, les animaux continuent de le peupler. Pour preuve, les loups y sont sept fois plus nombreux que dans les régions voisines. Ce sont ces animaux que les chercheurs de l'université états-unienne ont décidé d'étudier.

En 2014, Cara Love, biologiste évolutionniste au laboratoire de Shane Campbell-Staton, s'est rendue, avec son équipe, à Tchernobyl. Son objectif était de mieux comprendre comment ces loups survivent aux radiations. Elle a alors prélevé des échantillons de sang et attaché des colliers GPS pour obtenir des données « en temps réel de l'endroit où ils se trouvent et de la quantité de rayonnement à laquelle ils sont exposés », est-il expliqué dans le communiqué.

À LIRE AUSSI Cancer : ce petit détail qui sauvera des millions de [...] Lire la suite

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Attention, les carences en vitamine D ce sont des cancers graves et de l'ostéoporose"