Publicité

« À chaque génération de juifs, il y a des antisémites, mais le judaïsme survit toujours »

À Marseille (Bouches-du-Rhône), le 12 novembre 2023. Plus de 7 500 manifestants protestent contre la montée de l'antisémitisme.   - Credit:Gérard Bottino/Zuma-Réa
À Marseille (Bouches-du-Rhône), le 12 novembre 2023. Plus de 7 500 manifestants protestent contre la montée de l'antisémitisme. - Credit:Gérard Bottino/Zuma-Réa

Selon un rapport du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), publié mercredi 24 janvier, les actes antisémites recensés en France ont été multipliés par quatre en 2023 (1 676), la plupart ayant eu lieu après les attaques du Hamas sur Israël le 7 octobre dernier.

Comment analyser cette question vaste et de plus en plus complexe de l'antisémitisme ? Une quinzaine d'auteurs proposent d'en livrer une lecture politique dans l'histoire contemporaine, à partir de la guerre des Six Jours. Chacun est spécialiste d'un courant ou d'une famille politique, et confronter leurs points de vue permet une analyse fine et précise du phénomène.

C'est l'objet de cette Histoire politique de l'antisémitisme en France. De 1967 à nos jours (Robert Laffont). Coauteur, Jean-Yves Camus, politiste et directeur de l'Observatoire des radicalités politiques à la Fondation Jean-Jaurès, va plus loin, pour Le Point, sur cette question qui redevient tragiquement d'actualité.

Le Point : Comment peut-on définir l'antisémitisme ?

 - Credit: ©  sp
- Credit: © sp

Jean-Yves Camus, historien. © spJean-Yves Camus : La définition de l'antisémitisme est un objet de débat continu et, parfois, assez acharné. L'antisémitisme est l'ensemble des préjugés non pas hostiles aux « sémites » – dont les Arabes –, mais aux juifs. C'est avoir une attitude ou une pensée discriminatoire envers les juifs, que l'on associe à des préjugés comme le rapport à l'argent et au pouvoir, la volonté de domination, l'accusation de ne [...] Lire la suite