Publicité

À Annecy, cette manifestation d’extrême droite suscite l’indignation

Photo partagée sur le compte nationaliste 
« Le Syndicat Des Fleuristes ».
Photo partagée sur le compte nationaliste « Le Syndicat Des Fleuristes ».

POLITIQUE - Croix celtiques, chants nationalistes, fumigènes et visages dissimulés. Après la manifestation organisée par le Comité du 9 mai à Paris samedi 6 mai, un autre rassemblement du genre provoque l’indignation, cette fois du côté d’Annecy (Haute-Savoie). Comme le rapporte France Bleu, une vidéo tournée dans la ville ce mardi 16 mai dans la soirée a suscité une avalanche de réactions sur les réseaux sociaux.

Sur Twitter, un compte ouvertement nationaliste a relayé la séquence en se félicitant de cette initiative, qui a rassemblé une poignée de manifestants. Les images déclinent les classiques de l’extrême droite groupusculaire, du slogan « Europe, jeunesse, révolution » au chant nationaliste des Lansquenets.

Selon la radio locale, la manifestation n’avait pas fait l’objet d’une déclaration en préfecture. « Je condamne fermement la manifestation de militants d’extrême droite qui a eu lieu hier à Annecy. Elle n’a pas été autorisée et les messages qui sont véhiculés ne sont pas acceptables dans notre démocratie, ni à Annecy, ni ailleurs », a réagi mercredi 17 mai le maire EELV de la ville François Astorg, alors que la séquence devenait virale.

Très investi sur le sujet, le député insoumis Thomas Portes a également exprimé son indignation. « Nouvelle manifestation d’un groupuscule néonazi en plein centre-ville d’Annecy avec des individus cagoulés. Voilà où mène la complaisance de Gérald Darmanin. Le bruit des bottes se répand, la macronie regarde ailleurs », a condamné l’élu de Seine-Saint-Denis. Une analyse partagée par le chef de file de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon.

« Oui, il est possible aujourd’hui d’organiser en toute impunité et sans être dérangés des manifestations d’ultra-droite dans notre pays… Oui, ça fait froid dans le dos. Oui, nous continuerons à le dénoncer », a renchéri ce jeudi 18 mai la secrétaire nationale d’EELV Marine Tondelier.

Interpellé à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux, le ministre de l’Intérieur a également réagi. « À la suite de cette manifestation sauvage rassemblant des participants d’extrême droite, plusieurs identités ont pu être relevées par les forces de l’ordre et transmises à l‘autorité judiciaire par le préfet, qui a fait un article 40 », a tweeté Gérald Darmanin. Le locataire de la place Beauvau avait annoncé la semaine dernière dans l’hémicycle l’interdiction administrative de tous les rassemblements d’extrême droite (au prix d’un cafouillage sur la tenue ou non d’événements à Paris).

Cette manifestation intervient dans un contexte particulièrement tendu, marqué notamment par la démission du maire de Saint-Brévin, qui a quitté son mandat après la tentative d’incendie de son domicile et les menaces dont il a fait l’objet par des groupes d’extrême droite après avoir accepté de recevoir dans sa ville un centre d’accueil pour demandeurs d’asile.

À voir également sur Le HuffPost :

Tous les rassemblements d’extrême droite prévus à Paris interdits

Nadine Morano exclut d’être candidate RN aux européennes, mais…