Publicité

Spartoo : même le spécialiste de la chaussure en ligne fait les frais de la crise

Arbitrage des dépenses, baisse des budgets alloués aux produits plaisir et aux loisirs… Les consommateurs sont contraints de se serrer la ceinture depuis 24 mois. Une situation, entre autres, responsable du séisme qui s’abat dans l’univers de la mode et du prêt-à-porter. Car l’année 2023 a été douloureuse pour tous les acteurs de ce marché. Si de nombreuses enseignes physiques ont dû mettre la clé sous la porte, comme Kookaï, Camaïeu, Minelli, San Marina, les spécialistes de la vente en ligne tels que Spartoo ne sont pas non plus épargnés.

L’e-commerçant grenoblois Spartoo, qui a présenté ce mercredi 20 mars ses résultats 2023 à la presse, fait état d’un chiffre d’affaires en recul de 4,1% par rapport à 2022, à 143 millions d’euros. Il a écoulé 3 millions de paires de chaussures, soit une baisse de l’ordre de 4%. «Les consommateurs ont augmenté le délai de réachat de leurs chaussures. Si le segment des souliers hommes se porte correctement car il s’agit d’achats de nécessité, celui des femmes souffre davantage car les consommatrices décident de dépenser par impulsion ou par plaisir», confie Boris Saragaglia, cofondateur et PDG de Spartoo, qui compte plus de 1,7 million de produit et quelque 10 000 marques sur son site, contre 6 000 marques pour Zalando et 1 500 pour Sarenza, ses principaux concurrents. Autre facteur qui explique des achats moins soutenus : une météo chaude cet hiver, qui n’a pas forcément poussé les consommateurs à s’offrir de nouvelles bottes fourrées !

Mais tout (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pesticides : un lot de filet de courgettes rappelé dans toute la France
Doctolib : vous pourrez bientôt payer vos consultations en ligne
Fin du débat, les restaurants échappent à la mention «non fait maison» sur leurs menus
Remboursement Navigo : la démarche à suivre pour les retards des RER et Transilien
Le sucre omniprésent dans nos aliments salés ou sucrés : l'alerte inquiétante de l'Anses