Publicité

“Je me souviens qu’il…” : Nicole Calfan s’exprime sur son tournage avec Gérard Depardieu

Depuis plusieurs mois maintenant, Gérard Depardieu est au centre de l'attention. Mais pas pour les bonnes raisons. Le jeudi 7 décembre dernier, Complément d'enquête a publié un nouveau numéro intitulé La chute de l'ogre, dans lequel l'acteur est accusé de viols et d'agressions sexuelles. Certaines célébrités comme Carla Bruni, Nathalie Baye ou encore Jacques Weber ont signé une tribune de soutien sur le site du Figaro afin de dénoncer "le lynchage qui s'abat sur lui" et "permettre à ce 'géant du cinéma' de continuer à jouer". En revanche, d'autres stars telles que Louane ou encore Angèle ont décidé de s'y opposer en signant une contre-tribune. Dans une vidéo filmée par Yann Moix lors d'un voyage en Corée du Nord, on entend Gérard Depardieu faire des allusions sexuelles au sujet des femmes qui font de l'équitation, dont une petite fille de dix ans. Des propos qui ont choqué un grand nombre de personne... "Les femmes adorent faire du cheval. Elles ont le clito qui frotte sur le pommeau de la selle, là. Ah bah elles jouissent énormément. C’est des grosses salo***", avait-il lâché devant la caméra.

Nicole Calfan en tournage avec Gérard Depardieu : elle se confie

Dans une interview accordée au magazine Télé Poche, l'actrice Nicole Calfan est revenue sur cette polémique. En 1978, cette dernière a tourné avec Gérard Depardieu pour le film Les chiens, dans lequel elle interprétait Elisabeth. Le monstre sacré, quant à lui, incarnait le personnage (...)

Lire la suite sur Closer

"Dans la m*rde !" : un ex-candidat de l’Amour est dans le pré au bord du gouffre, "le suicide…"
Disparition de Lina dans le Bas-Rhin : un rendez-vous crucial dans l’enquête, "frustration" pour sa mère
Meghan et Harry ruinés ? Les Sussex se retroussent les manches pour renflouer les caisses
Disparition d’Émile au Vernet : les soutiens du “coupable idéal” s’organisent, et ça fait scandale
Cyril Hanouna : remonté après Complément d’enquête, il promet de sortir l’artillerie lourde