Publicité

"Un soulagement pour elle et pour nous": ces écoliers de Béziers s'apprêtent à tester le port de l'uniforme

Derniers ajustements avant un test grandeur nature. À partir du lundi 26 février, jour de rentrée scolaire, 733 écoliers de quatre écoles de la ville de Béziers vont porter un tout nouvel uniforme dans le cadre d'une expérimentation souhaitée par la commune de l'Hérault. Ces derniers jours, les enfants concernés ont été invités à venir essayer leurs nouveaux vêtements au Palais des Congrès de la ville.

"On prend le temps d'expliquer, ce n'est pas juste l'essayage, mais aussi on explique comment ça se passe, explique à BFMTV, Frédéric Brossard, membre du personnel en charge du déploiement des uniformes.

"Un soulagement"

Et d'ajouter: "si j'oublie une tenue qu’est-ce qu’il se passe? Il n'y a pas de sanction, rien de tout ça, au contraire, on est dans l'accompagnement".

Du côté des parents, ces uniformes et l'expérimentation au long cours qui l'accompagne sont plutôt vus d'un bon œil. "C'est un soulagement autant pour elle que pour nous parce que comme ça il n'y a plus besoin de se prendre la tête. Maintenant ça commence très tôt les 'ah mais moi je ne suis pas jolie'", dit Léa, mère d'une écolière.

"Magnifique, ça me fait penser à une école d’Harry Potter", se réjouit une autre mère.

Chez certains élèves pourtant, l'uniforme n'est pas du goût de tous. "J’aime pas trop le gris ça faut fade. Il faut s’habituer", confesse l'un d'entre eux, scolarisé en CM2.

L'uniforme complet, est composé d'un blazer, d'un pull, de deux polos avec un pantalon plus un bermuda ou une jupe pour les filles, pour un prix 200 euros. Une somme "répartie à égalité entre la ville et l’État", apprend-on dans un communiqué de la ville.

En décembre 2023, alors qu'il était encore ministre de l'Éducation nationale, Gabriel Attal avait annoncé cette "grande expérimentation" de l'uniforme à l'école. Appelant à sortir le débat de son aspect politique, il avait alors appelé à un "vrai suivi de recherche pour voir si c'est efficace" dans les établissements scolaires volontaires.

Dans la foulée, 59 établissements scolaires avaient acté la mise en place de l'expérimentation à la rentrée 2024. Depuis, une quinzaine d'établissements volontaires ont décidé de se retirer de l'expérimentation. A Béziers, l'expérimentation devrait durer 28 mois.

Article original publié sur BFMTV.com