Soudan : la chrétienne qui a accepté de collaborer avec les putschistes

·1 min de lecture
Raja Nicola Abdel-Messih, lors de la prestation de serment des membres du conseil souverain du Soudan, le 21 août 2019.
Raja Nicola Abdel-Messih, lors de la prestation de serment des membres du conseil souverain du Soudan, le 21 août 2019.

Une chrétienne au Conseil souverain soudanais. Cette nomination avait été considérée, en août 2019, au début de la transition censée conduire cette ancienne dictature militaro-islamiste vers une démocratie, comme un gage d?ouverture. Deux ans plus tard, le maintien de la Copte Raja Nicola, après le coup d?État du 25 octobre, fait débat. Au-delà de sa confession, cette magistrate est en effet la seule civile, sur les cinq que comptait ce conseil mixte, à être restée en poste. Pour cause, ses collègues se trouvaient encore dans les geôles du régime, lors sa recomposition unilatérale par le général Abdel Fattah al-Burhane le 11 novembre ? ils ont été libérés depuis.

Sur les réseaux sociaux soudanais ont émergé des caricatures de la sexagénaire, la coiffant d?un képi. De nombreux Coptes soudanais ont en outre affirmé que ce choix ne les représentait pas. « Elle envoie un message négatif à tous ceux qui soutiennent la démocratie dans la rue et à l?étranger. C?est vraiment dommage de voir une chrétienne cautionner le coup d?État militaire », résume le Copte Nasri Morgos, qui préside une association de pharmaciens à Khartoum.

À LIRE AUSSICes Soudanais qui soutiennent le coup d?État

Une comparaison erronée avec l?Égypte

« L?Église copte d?Égypte a soutenu le coup militaire en 2013 tout comme beaucoup de citoyens, car la situation politique est complètement différente là bas avec une armée unique, une force de police et une seule ?ethnie ?. Au Soudan, il y a au contrai [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles