Sortie de crise. Le Premier ministre libanais à Paris pour son premier déplacement à l'étranger

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

C’est en France que le nouveau chef du gouvernement libanais, Najib Mikati, va effectuer sa première visite à l’étranger. Il est attendu vendredi 24 septembre par Emmanuel Macron, l’un des principaux parrains de son exécutif. Au menu, la feuille de route pour sortir le pays de la crise.

Pour son premier déplacement à l’étranger, le nouveau Premier ministre libanais, Najib Mikati, dont le gouvernement a la lourde tâche d’amorcer la sortie de la crise économique sans précédent que traverse le Liban, se rend en France et sera reçu vendredi 24 septembre à l’Élysée par Emmanuel Macron, très impliqué dans le dossier libanais depuis la gigantesque explosion meurtrière qui a ravagé Beyrouth le 4 août 2020.

La France, rappelle le correspondant à Paris du quotidien libanais An-Nahar, “a mis tout son poids moral, diplomatique et politique durant ces treize derniers mois” pour la naissance de ce gouvernement, formé à l’issue d’interminables tractations politiques et d’un vide institutionnel qui ont aggravé la crise.

De l’avis de nombreux observateurs, c’est la convergence d’intérêts entre Paris, Téhéran et Washington qui ont permis la mise sur pied du cabinet.

En accueillant Mikati quelques jours à peine après que son équipe ministérielle a obtenu la confiance du Parlement, Paris “affirme son parrainage direct et fort” de ce gouvernement.

À lire aussi: Chantier. Le nouveau gouvernement libanais attendu au tournant

Pas de “chèque en blanc”

Dans ce long chemin

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles