Le sort de Brahim Saadoun, condamné à mort dans le Donbass, agite le Maroc

Photo Supreme Court of Donetsk People’s Republic via REUTERS.

La république autoproclamée de Donetsk, prorusse, a condamné, le 9 juin, le Marocain Brahim Saadoun à la peine capitale pour avoir combattu aux côtés des forces ukrainiennes en tant que “mercenaire”, explique le magazine Maroc Hebdo, qui consacre sa une au jeune homme. Affichant sa solidarité avec Brahim Saadoun, le magazine estime que ce dernier “a été jeté en pâture autant par son pays d’origine que par son pays d’accueil, qui l’a exploité outre mesure”.

Marocain, mais également détenteur de la nationalité ukrainienne selon l’ambassade du Maroc en Ukraine, il avait fait le choix de combattre aux côtés des forces ukrainiennes, pour repousser l’agression russe. D’après son père, ex-gendarme à Agadir, son fils portait l’uniforme de l’armée ukrainienne au moment de son arrestation.

Pour le magazine, il y a cependant une “énigme” Brahim Saadoun. Parti à l’âge de 18 ans pour poursuivre ses études à Kiev, il aurait acquis très facilement, à 19 ans, la nationalité ukrainienne. “Comment a-t-il pu obtenir la nationalité si vite ?” demande Maroc Hebdo. Mais quoi qu’il en soit, “le Maroc se doit de tendre la main à ce Marocain, indépendamment de sa nationalité nouvellement acquise”, estime l’auteur.

Lors d’une conférence de presse relayée par le site marocain Hespress, le président de l’Association marocaine des droits de l’homme, Aziz Ghali, a démenti l’information donnée par l’ambassade marocaine en Ukraine concernant l’acquisition de la nationalité ukrainienne par le jeune homme.

Selon lui, Brahim Saadoun ne dispose pas de la nationalité ukrainienne, mais réside dans le pays avec une carte de séjour valable jusqu’en 2024. Des militants des droits de l’homme ont affirmé que plusieurs avocats allaient être mandatés pour défendre en appel le jeune Marocain.

Par ailleurs, le site d’information marocain Lakome affirme que Denis Pouchiline, le président de la république non reconnue de Donetsk, attend que Brahim Saadoun, ainsi que les deux citoyens britanniques condamnés également à la peine de mort pour les mêmes raisons, formulent une demande de grâce pour pouvoir interjeter appel de la sentence de peine de mort.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles