Présidentielle 2022 : Marine Le Pen et Emmanuel Macron au coude-à-coude des intentions de vote au 1er tour

Jules Pecnard
·4 min de lecture

Donnés au coude-à-coude au premier tour du scrutin de 2022, le chef de l'Etat et la patronne du RN distancent assez significativement tous leurs concurrents. En particulier ceux issus de la gauche.

Xavier Bertrand a beau prédire qu'elle n'aura pas lieu, la réédition du duel de 2017 entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen demeure l'hypothèse la plus probable pour l'élection présidentielle de 2022. Dans notre dernière enquête Elabe "L'Opinion en direct" pour BFMTV, le chef de l'État et la présidente du Rassemblement national sont au coude-à-coude dans les intentions de vote, loin devant le reste du peloton. Et ce, quel que soit le candidat que finit par se choisir le parti Les Républicains. 

Deux scénarios ont été testés, dans lesquels il est acté que LR soutiendra une seule et même candidature: celle de Xavier Bertrand ou celle de Valérie Pécresse. L'éventualité d'une dissidence à la suite d'une primaire interne, par exemple celle de Bruno Retailleau, n'a donc pas été prise en compte. Dans les deux cas, Marine Le Pen est donnée en tête au premier tour de la présidentielle.

Macron donné vainqueur 

Si le candidat de la droite est Xavier Bertrand, Emmanuel Macron et la candidate du RN recueillent respectivement 25 et 26% d'intentions de vote. Dans l'hypothèse, plus improbable, où c'est Valérie Pécresse qui représente LR et ses satellites, le président sortant est crédité de 27% des suffrages et Marine Le Pen, de 28%. Des scores qui s'accompagnent d'une marge d'erreur de 2,6 points dont il faut tenir compte (voir le tableau en fin d'article). 

Au second tour, Emmanuel Macron est donné vainqueur avec 56% des suffrages et Marine Le Pen, 44%. Pour la patronne du RN, un tel score représenterait un bond de 10 point par rapport à celui qu'elle avait obtenu lors du scrutin précédent. 

Au premier tour, la député du Pas-de-Calais - qui déjà en 2016 était donnée en tête à la présidentielle de 2017 - bénéficierait ainsi d’une excellente mobilisation de ses électeurs de premier tour de la précédente présidentielle (88%). Elle bénéficie par ailleurs de quelques soutiens en dehors de son socle électoral: 11 à 13% des électeurs de François Fillon en 2017, ainsi que 9 à 10% de ceux de Jean Luc Mélenchon disent vouloir voter pour Marine Le Pen en 2022. 

Emmanuel Macron, quant à lui, bénéficierait d’une fidélité assez solide de ses électeurs du premier tour de 2017 (69 à 73%). Il serait également soutenu par une partie des électeurs de 2017 de François Fillon (30 à 32%) et, dans une moindre mesure, par ceux de Benoît Hamon (18 à 21%).

Bertrand prend l'avantage sur Pécresse

Les autres impétrants de 2022 se trouvent loin derrière ces deux favoris. Dix points séparent Emmanuel Macron de Xavier Bertrand, jaugé à 15% d'intentions de vote. Le président de la région Hauts-de-France prend toutefois l'avantage sur son homologue d'Île-de-France, Valérie Pécresse, qui n'est créditée que de 9% dans l'hypothèse où elle se lancerait. L'un comme l'autre ne bénéficierait que d’un report partiel des électeurs de 2017 de François Fillon - 47 et 37%, respectivement. 

La gauche, émiettée et délaissée, est en berne. Jean-Luc Mélenchon demeure son candidat le plus "rassembleur" dans la mesure où il est crédité de 11% des suffrages et ce, dans les deux scénarios testés par Elabe. Il n’obtiendrait toutefois qu’un soutien partiel de ses propres électeurs de 2017 (51 à 52%). Les autres candidats de gauche recueillent tous moins de 10% des intentions de vote. 

L'écologiste Yannick Jadot est situé à 5-6% et la socialiste Anne Hidalgo à 5% dans les deux hypothèses. Le communiste Fabien Roussel est à 1%. Quant au souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, il reste dans une zone similaire à son score de 2017 (4,73%) en étant crédité de 5 à 6% des votes exprimés. Tous les autres recueillent moins de 4%. 

Les électeurs de Le Pen sûrs de leur choix

À un an du scrutin, les électeurs potentiels de Marine Le Pen (81% de sûrs), et dans une moindre mesure d’Emmanuel Macron (62%) et de Jean-Luc Mélenchon (62%) sont les plus certains de leur choix. 

Assez logiquement, ceux de Xavier Bertrand et de Valérie Pécresse sont davantage indécis (52% et 48% se disent sûrs de voter pour eux). Les potentiels électeurs d’Anne Hidalgo (65% pourraient changer d’avis), de Yannick Jadot (58 à 63%) et de Nicolas Dupont-Aignan (67%) ne sont majoritairement pas sûrs de leur choix et pourraient changer d’avis d’ici avril 2022.

Sondage réalisé par Elabe pour BFMTV, sur un échantillon de 2001 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 1806 inscrits sur les listes électorales. La représentativité a été assurée selon la méthode des quotas, et les participants ont été interrogés par Internet du 12 au 14 avril 2021.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :