Affaire Quatennens: 51% des Français estiment que le député doit démissionner dès maintenant

Affaire Quatennens: 51% des Français estiment que le député doit démissionner dès maintenant
Adrien Quatennens, député de La France Insoumise - AFP ; BFMTV
Adrien Quatennens, député de La France Insoumise - AFP ; BFMTV

Tandis que l'affaire Quatennens continue de faire parler jusque dans l'hémicycle, les Français sont divisés sur l'idée d'une démission du député de la France insoumise. En effet, notre nouveau sondage "L'Opinion en direct" piloté par l'institut Elabe pour BFMTV et diffusé ce mercredi, montre que les opinions sont partagées.

À la question "Adrien Quatennens doit-il démissionner de son poste de député?", 51% des personnes interrogées répondent par l'affirmative. 48% estiment qu'il ne doit pas démissionner en attendant que la justice traite l'affaire et 1% sont sans opinion.

Adrien Quatennens a admis en septembre avoir giflé sa femme, avec laquelle il est en instance de divorce, entraînant une polémique sur la gestion des violences faites aux femmes au sein de son parti. Sous le coup d'une enquête après une main courante déposée par sa compagne, il a annoncé en septembre qu'il se mettait "en retrait de sa fonction de coordinateur" de LFI. Il a depuis fait l'objet d'une autre main courante pour des messages envoyés à sa femme et d'une plainte.

Plusieurs personnes ont demandé sa démission de son poste de député du Nord. Dans une tribune publiée par Libération le 20 septembre, plus de 500 militantes féministes estiment ainsi que "lorsqu’un groupe politique porte un programme féministe, on est en droit d’attendre qu’il cesse de protéger les agresseurs".

Selon la présidente de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, "c'est à lui de décider si effectivement il peut continuer à siéger, et à représenter ses concitoyens. C'est à son groupe de décider s'il peut continuer à siéger dans ses rangs".

Mais "sur le plan strictement du droit", tant "qu'il n'est pas condamné à une peine d'inéligibilité, il a le droit de siéger à l'Assemblée nationale", a-t-elle rappelé lundi sur RMC et BFMTV.

6 Français sur 10 choqués du soutien du Mélenchon

Dans cette affaire, Jean-Luc Mélenchon a notamment été critiqué pour avoir salué la "dignité" et le "courage" du député, après l'annonce de sa mise en retrait. Selon notre sondage Elabe, 61% des Français se disent "choqués" de la réaction de Jean-Luc Mélenchon, contre 38% qui ne le sont pas.

Jean-Luc Mélenchon avait dans un premier temps tenté de rectifier le tir, avec un second tweet où il écrivait qu'une gifle est "inacceptable dans tous les cas". "Tout le monde peut faire mieux. Moi aussi. J'accepte et votre critique et votre condamnation. Je vous demande d'accepter mes raisons", a-t-il finalement écrit le 25 septembre.

Article original publié sur BFMTV.com