Publicité

Le « soldat augmenté » de l’Armée française, entre réalité et fantasmes

« Chaque militaire possède un libre arbitre, qu’il doit préserver. Personne ne reste soldat toute sa vie, nous ne sommes ni des cobayes ni des pions au service de l’État. » Ces mots sont ceux de Roland, 34 ans, ancien membre des Forces spéciales (FS), l’une des unités d’élites de l’Armée française les plus exigeantes qui effectue principalement des opérations militaires à extérieur de la France (OPEX). Pendant onze ans, Roland effectue des missions autour du monde, officielles et officieuses, pour l’État français. Du Sahel (Mali, Niger, Burkina-Faso) au Levant (Irak), où il combat dans le cadre de la guerre contre l’État islamique (EI), il a vécu les évolutions des outils technologiques livrés aux soldats.

Depuis plusieurs années, face à l’apparition des nouvelles technologies, l’Armée française développe ses compétences pour augmenter les capacités physiques, psychologiques et cognitives des militaires. Le terme « soldat augmenté » définit les augmentations liées au corps et à l’esprit dans le but de renforcer son efficacité opérationnelle. De manière courte ou prolongée, l’intérêt est d’augmenter toutes les facultés du militaire, afin d’être plus fort que l’ennemi.

Dans l’ombre, pour le ministère des Armées, chercheurs et ingénieurs planchent sur le sujet, pour développer les performances humaines du soldat, jugé trop humain, donc fragile aux yeux des états-majors. L’homme est, paradoxalement, le maillon faible du champ de bataille. Mi-hommes, mi-robots, le corps de ces soldats est parfois modifié pour en faire des armes de guerre high-tech. Des techniques mécaniques sont déjà

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : Source : wikipedia/CC/Domenjod