Canal de Suez: Le porte-conteneurs bouge, sa remise à flot incertaine

par Ahmed Fahmy Omar Fahmy
·2 min de lecture
CANAL DE SUEZ: LE PORTE-CONTENEURS BOUGE, SA REMISE À FLOT INCERTAINE

par Ahmed Fahmy Omar Fahmy

SUEZ, Egypte (Reuters) - Les efforts pour dégager le porte-conteneurs géant échoué dans le canal de Suez ont permis de faire bouger l'arrière et le gouvernail du navire mais il reste difficile de savoir s'il pourra être remis à flot, a fait savoir samedi le responsable de l'Autorité du canal de Suez.

Sous l'effet de vents violents, le M.V. Ever Given, long de 400 mètres, s'est placé mardi en diagonale de la section sud du canal et a planté sa proue dans le sable, perturbant le trafic sur l'un des itinéraires les empruntés du monde.

Environ 15% du transport mondial par voie d'eau transite par le canal. Pas moins de 321 bateaux attendaient toujours samedi que la voie redevienne libre.

Osama Rabie, président de l'Autorité du canal de Suez, a dit espérer qu'il ne serait pas nécessaire de transborder une partie des 18.300 conteneurs qu'il transporte mais les vents violents et les fortes marées compliquent les manoeuvres pour le libérer.

"L'arrière du bateau a commencé à bouger en direction de Suez et c'était un signe positif jusqu'à 11h00 du soir mais la marée est fortement descendue et nous avons arrêté", a-t-il expliqué à des journalistes à Suez.

"Nous nous attendons à ce qu'à tout moment, le navire glisse et se déplace de l'endroit où il est".

Des bateaux de dragage avaient déjà retiré vendredi 20.000 tonnes de sable autour de l'avant du navire. La société néerlandaise en charge du sauvetage a estimé qu'il pourrait être dégagé au début de la semaine prochaine grâce à des remorqueurs et des dragueurs plus lourds et à une marée plus forte.

"Nous comptons avoir fini le travail après le week-end, mais pour cela, il faudra que tout y mette du sien", a dit Peter Berdowski, directeur général de Boskalis au programme de télévision néerlandais Nieuwsuur vendredi soir.

Boskalis est propriétaire de Smit Salvage, appelé à la rescousse cette semaine pour aider l'Autorité du canal de Suez. Si la société ne parvient pas à libérer le bateau, elle pourrait recommander de transborder ses 600 containers pour alléger la coque et faciliter les opérations.

L'incident a entraîné un quasi-doublement des tarifs maritimes pour le transport de produits pétroliers. Si le sauvetage tarde trop, une partie des bateaux pourraient se détourner et passer au large du cap de Bonne espérance, mais cet itinéraire rallonge le voyage de deux semaines.

Le groupe CMA CGM a indiqué samedi qu'il avait décidé de dérouter deux de ses navires vers le cap de Bonne espérance, ajoutant étudier "des routes maritimes alternatives, des services ferroviaires ainsi que des solutions de fret aérien".

(Bart Meijer à Amsterdam, Yuysri Mohamed à Ismaïlia, Eia, Rocha à Mumbai, Bureau du Caire, Aidan Lewis; version française Camille Raynaud, Gilles Guillaume et Gwénaëlle Barzic)