Publicité

SNCF : les trajets les plus courts sont toujours les plus chers !

Les usagers du rail se plaignent souvent des tarifs incompréhensibles de la SNCF, qui sont fixés sur le principe du contingent tarifaire, une pratique commerciale dans laquelle le coût d’une place évolue en fonction du jour de son achat, de l’horaire et de la date du voyage, du taux de remplissage des rames et de la concurrence avec d’autres modes de transport. Mais qu'en est-il du véritable coût kilométrique de votre trajet ? Pour répondre à cette question, l’UFC-Que Choisir a reconstruit une grille tarifaire de la SNCF en se fondant sur la distance parcourue. L'association de défense des consommateurs a ainsi démontré que les trajets de moins d'une heure étaient les plus chers pour l’usager.

L’UFC-Que Choisir s'est focalisée sur le prix au kilomètre de 91 liaisons en France et à l’international assurées par TGV (hors Ouigo). Si le prix moyen au kilomètre est resté stable à 0,23 euro le kilomètre par rapport à 2023, ce sont les trajets de moins d'une heure qui restent les plus onéreux. Les trajets rapides sont donc les plus chers pour l’usager, avec un record pour la liaison (vingt minutes de voyage) Avignon TGV-Aix-en-Provence TGV, qui revient à 0,36 euro le kilomètre, soit largement plus qu’un Poitiers-Bordeaux par TGV qui dure soixante-dix-sept minutes avec un kilomètre à 0,09 euro. À noter la flambée de la liaison Lille-Bruxelles par Eurostar : 0,27 euro le kilomètre, contre 0,17 euro en 2023, soit une augmentation de 59%.

En décembre dernier, la SNCF avait annoncé que les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Polémique sur les propos de Macron : les Français dépensent-ils vraiment moins pour l’alimentation ?
Free : vos données personnelles se sont peut-être retrouvées sur la facture d’autres clients
Casino : les syndicats abattent leur dernière carte pour sauver l’emploi
Régularisation de gaz et d’électricité : au-delà du délai, vous n’êtes plus dans l’obligation de payer
Liquidation d’Habitat : «Il y a eu trop d’erreurs de commises», selon les salariés