Publicité

En Slovaquie, le pouvoir prorusse veut étendre son influence sur l’audiovisuel public

“Un mois et demi après la dernière, une nouvelle manifestation s’est tenue contre le gouvernement de Robert Fico, constate Dennik N, vendredi soir, 15 mars, après qu’“environ 15 000 personnes à Bratislava sur la place de la Liberté et 3 500 à Kosice [deuxième plus grande ville du pays, dans l’Est] ont répondu à l’appel des partis de l’opposition. La volonté de la ministre de la Culture d’abolir et de contrôler la télévision et la radio publiques et la politique étrangère de Fico, qui éloigne de plus en plus la Slovaquie de ses alliés [occidentaux], étaient les principaux motifs de colère”, explique le quotidien libéral.

“‘Fico en Russie’, a scandé la foule”, titre également le journal au-dessus d’une photo montrant notamment une pancarte sur laquelle le Premier ministre est représenté sous les traits de Jozef Tiso, l’ancien prêtre catholique devenu président de la République qui avait fait de la Slovaquie un pays vassal de l’Allemagne nazie pendant la Deuxième Guerre mondiale. “Stop à la mafia”, “Stop Fico”, “Tu seras toujours pour nous un lâche, un collaborateur, un mafieux et un criminel”, peut-on lire également, alors qu’un drapeau de l’Union européenne flotte à côté de toutes ces inscriptions.

Depuis son retour au pouvoir et la formation d’une coalition avec un parti d’extrême droite suite à sa victoire aux élections législatives en septembre dernier, Robert Fico, contraint de débarrasser le plancher en 2018 après l’assassinat du journaliste d’investigation Jan Kuciak et de sa compagne, s’emploie sans relâche à verrouiller toute forme de contestation dans ce pays d’Europe centrale de 5,5 millions d’habitants, voisin de la Hongrie de Viktor Orban.

Dernier exemple en date : la présentation, lundi 11 mars, par la ministre de la Culture, Martina Simkovicova, membre du Parti national slovaque, une formation ultranationaliste et prorusse, d’un projet de loi visant tout à la fois à limoger l’actuel directeur de la RTVS, la Radio et Télévision slovaques, et à renforcer le contrôle de l’État sur le groupe audiovisuel public via la mise en place d’une nouvelle gouvernance.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :