Publicité

Ski alpin: qui est Nils Allègre, vainqueur surprise du super-G de Garmisch

Le ski alpin français a le vent dans le dos. Une semaine après le double exploit de Cyprien Sarrazin sur la descente de Kitzbühel, c’est au tour de Nils Allègre de triompher en Coupe du monde. Samedi, le Tricolore parti avec le dossard 18 a remporté le super-G de Garmisch, en Allemagne. La première victoire en Coupe du monde de sa carrière. A 30 ans, Nils Allègre, prend enfin la lumière. Mérité. Celui qui évolue sur le circuit Coupe du monde depuis 2016 (comme Cyprien Sarrazin), n'était jamais monté sur un podium mais il avait réalisé un très bon début d'hiver avec notamment une 4e place en descente à Val Gardena, en décembre.

Une enfance dans les pas de Luc Alphand

Né à Briançon et originaire du village de Saint-Chaffrey dans les Hautes-Alpes, Nils Allègre chausse ses premiers skis dès l’âge de deux ans et demi à Serre-Chevalier, la station de Luc Alphand. La légende du ski français a toujours suivi celui qui a le même prénom que l’un de ses deux fils. "Nils, je le connais depuis un moment maintenant. C’est aussi un gamin de Serre-Chevalier comme mes gamins, confiait récemment Luc Alphand au Dauphiné. Il ne fait pas bruit mais il est toujours là. Avant il faisait de belles sections ; maintenant il fait des bonnes courses en entier, plusieurs même. Nils c’est un gros nounours avec un tempérament d’attaquant. Il sait prendre des risques."

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

"Il a besoin d’être chouchouté"

A écouter ses proches, la gentillesse et l’humilité figurent parmi ses principales qualités. "Il a besoin d’être écouté et chouchouté", soulignait Yannick Bertrand il y a trois ans sur Eurosport. Le coach du français n’a pas oublié la course manquée de Nils Allègre lors du super-G des Mondiaux 2021 (il a terminé 21e). "Il était au fond de la gamelle, et on a mis deux heures à lui faire comprendre qu’il avait le droit d’être énervé contre lui, contre nous, contre qui il voulait mais qu’il n’avait rien usurpé du tout, qu’il n’avait pris la place de personne. C’est tout Nils, ça."

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Fan de pêche et de Renaud

Mais le passionné de pêche et grand fan du chanteur Renaud ("Peu de gens le savent, mais il a écrit une phrase d’une chanson de Renaud sous l’élastique de son masque pour se motiver" balance Bertrand), est surtout un compétiteur hors pair. S’il n’a jamais boxé avec les meilleurs, son gabarit compact lui offre une technique au-dessus de la moyenne.

Depuis ses débuts en Coupe du monde à Sölden en 2014, il n’a cessé de progresser. Freiné par une opération du dos en 2017, il retrouve des couleurs dès l’année suivante avant d’intégrer l’équipe de France lors de la saison 2019-2020. Sans parvenir à monter sur la "boîte", Nils Allègre passe rarement à côté. Et est toujours placé. "C’est une bête. Quand il se lâche, il est vraiment fort", souligne Yannick Bertrand. Samedi, sur le Super-G de Garmisch, le skieur tricolore a lâché les chevaux comme jamais. Pour son premier podium en 102 départs, il s’est même offert la plus belle des marches.

Article original publié sur RMC Sport