Publicité

"Un simulacre": Donald Trump agacé à l'ouverture de son procès civil pour fraudes

"Un simulacre": Donald Trump agacé à l'ouverture de son procès civil pour fraudes

Donald Trump, accusé avec deux de ses enfants d'avoir surévalué de manière colossale pendant des années leurs actifs immobiliers, est arrivé lundi dans un tribunal de New York pour un procès civil que le favori des républicains à la présidentielle de 2024 a qualifié de "simulacre."

"Nous avons une procureure générale raciste qui est un spectacle d'horreur (...). C'est une arnaque," a attaqué l'ancien président des Etats-Unis juste avant de pénétrer dans la Cour suprême de l'Etat de New York (tribunal de première instance, NDLR), où il est cité comme témoin.

Ce procès au civil, prélude d'un marathon judiciaire, pourrait menacer l'empire économique de Donald Trump.

La plaignante dans cette affaire, la procureure générale de l'Etat de New York Letitia James (équivalent de ministre locale de la Justice) a assuré devant le palais de justice de Manhattan que la "justice allait prévaloir" et accusé le milliardaire républicain de "fraudes répétées" et d'avoir "triché".

Perturber la campagne

Donald Trump, 77 ans, ne peut pas être condamné à de la prison dans cette affaire, mais le procès va offrir un avant-goût des échéances judiciaires susceptibles de perturber sa campagne pour l'investiture républicaine.

Inculpé au pénal dans quatre dossiers différents, qui n'ont pour l'instant pas entamé sa popularité auprès de la base républicaine, Donald Trump doit notamment comparaître à partir du 4 mars devant un tribunal fédéral de Washington. Il est accusé d'avoir tenté d'inverser le résultat de la présidentielle de 2020 remportée par Joe Biden.

Il aura ensuite rendez-vous avec la justice de l'Etat de New York pour des fraudes comptables, puis en Floride pour sa gestion négligente de documents confidentiels après son départ de la présidence.=

Le procès qui s'ouvre lundi a brusquement pris un enjeu considérable la semaine dernière lorsque le juge Arthur Engoron, qui le préside, a estimé que des "fraudes répétées" étaient établies et que le parquet général de l'Etat de New York avait d'ores et déjà démontré que Donald Trump et l'état-major de son groupe avaient "surévalué" leurs actifs entre 812 millions et 2,2 milliards de dollars de 2014 à 2021.

"Coup majeur"

En conséquence, ce juge a ordonné le retrait des licences commerciales pour l'Etat de New York à Donald Trump et à deux de ses enfants, Eric Trump et Donald Trump Jr, vice-présidents exécutifs de la Trump Organization, ainsi que la confiscation des sociétés visées par la plainte, pour qu'elles soient confiées à des liquidateurs.

Si elles étaient appliquées, ces sanctions porteraient "un coup majeur à la capacité de Donald Trump de faire des affaires dans l'Etat de New York", estime Will Thomas, professeur en droit des affaires à l'université du Michigan.

Donald Trump, qui a fait fortune dans l'immobilier et les casinos dans les années 1980 et avait promis de diriger les Etats-Unis comme ses entreprises, perdrait alors le contrôle sur plusieurs étendards de son groupe, comme la Trump Tower sur la 5e avenue de Manhattan.

Des centaines de millions de dollars d'amende

Ces propriétés sont au coeur des accusations de la procureure Letitia James: la surface du triplex de l'homme d'affaires dans la Trump Tower aurait été triplée et l'immeuble du 40 Wall Street surévalué de 200 à 300 millions de dollars dans des déclarations financières.

La luxueuse résidence Mar-a-Lago en Floride et plusieurs golfs de la Trump Organization apparaissent également dans le dossier. La procureure réclame aussi que soient reconnues d'autres violations de lois financières et une amende de 250 millions de dollars.

Article original publié sur BFMTV.com