Publicité

Sidaction Mylène Farmer prête sa voix à la nouvelle campagne de lutte contre le VIH

Mylène Farmer lors de la 74eme édition du Festival de Cannes, en 2021.
VALERY HACHE / AFP Mylène Farmer lors de la 74eme édition du Festival de Cannes, en 2021.

VIH - « Depuis trente ans, face au VIH, on n’a pas arrêté. On n’a pas arrêté de pleurer. On n’a pas arrêté de chercher. On n’a pas arrêté de demander… » C’est bien la voix de Mylène Farmer que l’on entend dans le nouveau clip de campagne du Sidaction, dévoilé ce lundi 18 mars et que vous pouvez découvrir plus bas.

30 ans après sa création, en 1994, cet événement de sensibilisation et de collecte de fonds pour la lutte contre le virus du sida lance un nouvel appel aux dons. « Aujourd’hui, 630 000 personnes décèdent du sida chaque année dans le monde et on recense 1,3 million de nouvelles contaminations. On estime à près de 6 millions, dont plus de 24 000 en France, le nombre de personnes qui ignorent leur séropositivité », rappellent les organisateurs du Sidaction, qui aura lieu les 22, 23, 24 mars prochains.

Le choix de Mylène Farmer pour incarner par la voix cette date symbolique s’est imposé naturellement. « L’idée était d’honorer les combats menés par toute une génération et qu’il fallait transmettre à une nouvelle génération. Même s’il y a eu des victoires, même si on a fait plein de choses, il ne faut pas s’arrêter. On s’est posé la question de l’artiste qui représenterait le mieux ces trente ans d’engagements. On s’est très vite tourné vers Mylène Farmer », raconte Alexandre Jalbert, directeur de la communication de l’association, auprès de nos confrères de 20 Minutes.

« Sa parole est rare, cela amplifie le message »

L’autrice, compositrice et interprète, dont les apparitions médiatiques sont rares, aurait immédiatement accepté la proposition. « Sa parole est rare, cela amplifie le message, on prête plus l’oreille quand c’est la voix de Mylène Farmer qui dit quelque chose », souligne Alexandre Jalbert, toujours à 20 Minutes.

Le clip est composé en partie d’images d’archives, dont une séquence forte datant de 1994, lors du premier Sidaction, où l’on voit l’actrice Clémentine Célarié embrasser sur la bouche un homme séropositif en direct à la télévision. Mylène Farmer parle au rythme d’une musique composée par l’artiste Woodkid, avec lequel elle a en partie conçu son dernier album, L’Emprise (2022).

L’engagement de l’artiste dans la lutte contre le VIH n’est pas nouveau. Dès 1987, elle fait partie des 21 personnalités ayant accepté de poser en une du magazine VSD afin de sensibiliser à la lutte contre le Sida et au port du préservatif.

La une du magazine VSD afin de sensibiliser à la lutte contre le Sida et au port du préservatif, 1987.
La une du magazine VSD afin de sensibiliser à la lutte contre le Sida et au port du préservatif, 1987.

En mai 1992, elle propose une version inédite de sa chanson Dernier sourire pour la compilation Urgence, un projet initié par Étienne Daho aux côtés de 27 artistes francophones. Les bénéfices seront reversés à l’Institut Pasteur pour la recherche contre le Sida.

C’est également en 1992 que sort le single Que mon cœur lâche, dont les paroles sont en lien direct avec le Sida et dont le clip est réalisé par Luc Besson. Dans la vidéo de campagne de 2024 du Sidaction, on voit d’ailleurs apparaître discrètement la pochette de ce single, qui symbolise un virus.

« Dans cette chanson, je fais tout simplement un constat sur l’amour de nos jours. Un amour perverti par la menace de la maladie, par la question du préservatif qui se pose d’emblée dès que l’on ressent un élan vers l’autre. C’est triste, mais c’est là une réalité quotidienne à laquelle chacun, moi y compris, est confronté », confie-t-elle alors lors d’une interview donnée à Télé 7 Jours.

La pochette du single « Que mon coeur lâche », 1992.
La pochette du single « Que mon coeur lâche », 1992.

Au fil des années, elle soutiendra et collaborera de manière régulière avec différentes associations, telles que Aides, Act Up et le Sidaction. « Après tout ce que nous avons fait, nous n’avons pas le droit d’arrêter », conclut-elle dans le clip de la nouvelle campagne 2024.

À voir également sur Le HuffPost :

Les infections sexuellement transmissibles encore en nette augmentation en Europe

Kate Middleton inspire toutes sortes de théories et Buckingham Palace n’y est pas pour rien