Publicité

Avec leur “siège de Paris”, les paysans français “déstabilisent le commerce européen”

Annoncé ce week-end, “le blocage des routes autour de Paris par les agriculteurs est bel et bien devenu réalité”, annonce El Periódico. Ce lundi 29 janvier, les paysans français ont répondu en nombre à l’appel de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) et des Jeunes Agriculteurs d’Île-de-France à mener un “siège” contre la capitale.

D’après le titre espagnol, l’exécutif français a convoqué une “réunion de crise” pour éviter le “chaos” que pourrait provoquer la fermeture des routes menant au centre-ville, ainsi qu’à l’immense marché de Rungis, qui dessert toute l’Île-de-France. Alors que, selon la BBC, “il était presque impossible de conduire depuis Bordeaux vers Paris, le Pays basque ou l’Espagne”, le ministère de l’Intérieur a aussi mobilisé 15 000 membres des forces de l’ordre dans tout le pays.

En région parisienne, “le premier barrage autoroutier a été signalé un peu avant 14 heures, quand trente engins agricoles ont bloqué l’A4 dans les deux sens, à environ 30 kilomètres de Paris, assure le Guardian. Peu après, c’était au tour de l’A13 d’être elle aussi bloquée dans la direction de la capitale, à environ 60 kilomètres au nord-ouest de la ville.”

Des tracteurs ont également été aperçus sur de nombreuses autres grandes routes franciliennes, “poussant les motards et les automobilistes à se tourner vers des routes de campagne de plus en plus embouteillées”.

“Plus rien à perdre”

D’après The Spectator, “les agriculteurs ne se préoccupent pas du fait que [les perturbations routières] peuvent agacer les Parisiens”. Pour eux, faire pression sur la capitale “représente leur dernière chance de se battre pour leurs conditions de vie”, qu’ils estiment menacées par un excès de normes et par des accords commerciaux ouvrant la porte du Vieux Continent à la concurrence internationale. Beaucoup affirment qu’ils n’ont “plus rien à perdre”, assure le correspondant en France du journal conservateur britannique.

Si ces derniers jours, le gouvernement semble avoir été pris “par surprise” par l’ampleur de la colère des agriculteurs, celle-ci n’est pas nouvelle, note quant à lui le journal de centre gauche Guardian, dans un article écrit avant les blocages de ce lundi. “Pendant des mois, des paysans en colère ont retourné les panneaux d’affichage des communes de toute la France pour signaler leur mécontentement.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :