Publicité

Shay : on a écouté son nouvel album "Pourvu qu'il pleuve", notre avis !

Pochette de Shay
Pochette de Shay

Crédits photo : Pochette de ShayLe temps a paru long aux fans de Shay, dont le précédent (et très bon) album "Antidote" - certifié disque de platine pour plus de 100.000 ventes - remonte déjà à mai 2019, il y a près de quatre ans donc. Habituée des critiques, sur son style vestimentaire, son apparence, sa musique ou son absence, la rappeuse belge fait taire tout de suite les mauvaises langues quand démarre son nouvel album "Pourvu qu'il pleuve" avec le titre "Partie hier". Si sa voix se fait douce sur cette intro en guise de bilan, l'ancienne jurée de "Nouvelle Ecole" sort rapidement les griffes pour imposer son indépendance et sa puissance. « Vraie pétasse se fait attendre » lâche la "jolie garce", avant de sauter à pieds joints dans l'egotrip avec malice (« J'porte mes couilles sans porter de caleçon »), et glisser un tacle à Vitaa. On sent d'emblée que l'artiste a aiguisé sa plume et son sens de la formule, et qu'elle ne sera jamais là pour faire de la figuration. Les fans seront ravis d'entendre ensuite l'explosif "Shooter", où la recette de Shay fait des merveilles entre arrogance, voix sucrée et un sample (un peu facile) de "Dilemma" de Kelly Rowland et Nelly.

Shay n'a besoin de personne mais...


La vraie force de Shay, c'est son assurance, son flow redoutable et son timbre souvent autotuné, qui glisse ici et là sur une production "urbaine", zouk ou afro qui frappe fort, qu'elle se fasse mordante ou romantique. Elle l'a bien compris, fermant la porte au crépusculaire "Antidote", et ouvre les contours de son univers sonore sur l'excellent "Santa Fe (Bad Gyal)", "Poison Ivy" avec son refrain chaloupé, le tube Cliquez ici pour voir la suite
A lire aussi :

Shay : pourquoi elle arrête "Nouvelle école"
Shay et Niska : le clip brûlant "Sans Coeur"
Shay règle ses comptes avec "Commando"