Publicité

Shane MacGowan, chanteur du groupe britannique The Pogues, est mort

Le chanteur et leader du groupe de rock britannique The Pogues, Shane MacGowan, est mort à l'âge de 65 ans, a annoncé ce jeudi son épouse, Victoria Mary Clarke sur Instagram.

"Shane sera toujours la lumière que je tiens devant moi, la "measure of my dreams' (en référence à un titre de The Pogues, NDLR) et l'amour de ma vie", a-t-elle écrit sur Instagram.

"Il n'y a aucun mot pour décrire la douleur que je ressens et le manque d'un seul de ses sourires qui ont illuminé mon monde. Merci pour ta présence dans ce monde, tu l'as rendu si lumineux et tu as donné tant de joie aux gens avec ton cœur, ton âme et ta musique. Tu vivras dans mon cœur pour toujours", a-t-elle ajouté.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Traînant son allure échevelée, son sourire largement édenté, Shane MacGowan, qui disait n'avoir jamais été sobre depuis ses 14 ans, titubait régulièrement sur scène, comme en écho aux personnages dont il chantait les déboires.

Energie punk

Ses paroles, marquées par les légendes celtiques, racontaient la vie des Irlandais et de leur diaspora, sur une musique mélangeant rythmes irlandais et énergie punk.

Avec The Pogues - dont le nom vient de l'expression en gaélique irlandais "póg mo thóin" ("embrasse mon cul") - qu'il a formé en 1982 avec le joueur de "tin whistle" (une flûte traditionnelle des îles britanniques) Spider Stacy, il connaît le succès dans les années 1980.

Le plus grand succès commercial des Pogues est Fairytale of New York, un duo de 1987 entre Shane MacGowan et Kirsty MacColl, qui raconte une romance entre deux marginaux. Cette chanson est devenue un classique de Noël en Irlande et au Royaume-Uni.

Mais ses addictions à l'alcool et à la drogue ont rongé toute sa vie.

En 1988, le groupe est invité à faire la première partie de Bob Dylan en tournée aux Etats-Unis mais Shane MacGowan, trop saoul n'arrivera jamais à prendre l'avion.

"De sa voix (...) tour à tour incohérente et lyrique, à son style de vie insouciant, en passant par la rude tendresse de sa vision du monde, il est un véritable anti-héros insouciant", disait de lui le critique musical Liam Fay..

Shane Patrick Lysaght MacGowan est né en Angleterre de parents irlandais le 25 décembre 1957, qui, avait-il affirmé, lui donnaient deux bouteilles de Guinness le soir dès ses cinq ans.

Cure de désintoxication à 17 ans

Adolescent, il obtient une bourse pour rejoindre la très élitiste Westminster school de Londres mais en est expulsé pour possession de drogues.

A 17 ans, il est envoyé en cure de désintoxication pour une addiction au valium.

Il se fait ensuite connaître sur la scène punk londonienne, sous le nom de Shane O'Hooligan, imitant la mode des pseudonymes en vogue à l'époque chez les chanteurs, comme Johnny Rotten, Sid Vicious ou Billy Idol.

Il crée un premier groupe The Nipple Erectors, avant de fonder en 1982 The Pogues.

Leur premier album Red Roses for Me sort en 1984 et le groupe fait la première partie des Clash, suivi en 1985 par Rum, Sodomy and the Lash, décrit par Spin Magazine comme contenant "une des poésies les plus pures de l'histoire du punk-rock".

Le groupe se fait aussi la voix politique des jeunes immigrés irlandais à Londres, anti-Thatcher et anti-censure.

En pleine période des "Troubles" en Irlande du Nord en 1988, leur chanson Streets of Sorrow/Birmingham Six raconte le drame de six Nord-irlandais condamnés à tort en 1975 pour un attentat à la bombe dans un pub de cette ville de l'Angleterre. Ils seront innocentés en 1991 dans ce qui est considéré comme l'une des plus grandes erreurs judiciaires du pays.

Comportement erratique

La chanson avait été interdite par le gouvernement britannique.

En 1988, le groupe sort l'album If I Should Fall from Grace with God, puis Peace and Love l'année suivante. Il est alors à l'apogée de son succès avec deux albums dans le top 5 des meilleures ventes de Grande-Bretagne.

Mais le groupe pâtit du comportement erratique et alcoolique de Shane MacGowan et il en est exclu en 1991.

"Je suis heureux de m'en être sorti vivant", confie-t-il en 2004 au journal The Guardian, alors que le groupe s'est reformé pour des concerts. Dans l'intervalle, Shane MacGowan avait continué de chanter avec un nouveau groupe, Shane MacGowan and The Popes.

En 2016, son épouse Victoria Clarke annonce qu'il est enfin sobre même s'il n'est plus que l'ombre de lui-même, et qu'il a même fait refaire ses dents. Il avait depuis multiplié les hospitalisations.

De nouveau admis à l'hôpital en novembre dernier, il venait depuis peu de quitter l'établissement médical pour célébrer son anniversaire de mariage avec son épouse.

Article original publié sur BFMTV.com