Publicité

Sur le sexisme, ce spot réalisé avec l’INA montre que les discours d’il y a 50 ans sont encore bien vivants

Cette campagne du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes montre de manière très frappante que les discours sexistes des années 1970 sont encore présents.

SEXISME - Le sexisme a malheureusement encore de beaux jours devant lui. Alors que le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) a sorti son rapport sur l’état des lieux du sexisme en France ce lundi 22 janvier, il s’est également associé à l’INA et l’agence BETC pour signer une campagne marquante. Intitulée « Faisons du sexisme de l’histoire ancienne ! », elle montre que les discours sexistes tenus il y a 50 ans sont toujours d’actualité, notamment sur les réseaux sociaux.

Dans la première partie de la vidéo, le HCE montre des images d’archives de l’INA des années 1970, où des hommes tiennent des discours banalisant le viol ou les violences conjugales. On peut entendre des phrases comme : « Le viol à proprement parler, ça n’existe pas » ou encore « si je veux taper ma femme, je suis sûr qu’elle fera mieux l’amour ».

Dans un deuxième temps, l’instance gouvernementale a regroupé des dizaines de vidéos en ligne sur les réseaux sociaux ou l’on peut entendre le même type de discours, comme « une claque, ce n’est pas de la violence, c’est de la virilité ». Seule différence : ces propos ont été tenus en 2023.

Plus d’un tiers des femmes a vécu une situation de non-consentement

Cette campagne, également diffusée sur France Télévisions, TF1 ou encore Radio France, intervient dans le cadre de la sortie du rapport du HCE. Ce dernier montre que le sexisme est loin de reculer en France et révèle des chiffres alarmants : neuf femmes sur dix y déclarent par exemple avoir personnellement subi une situation sexiste.

Les violences sexistes et sexuelles ne reculent pas : 37 % des femmes déclarent toujours avoir vécu une situation de non-consentement, un chiffre qui monte à plus de 50 % chez les 25-34 ans. En ligne, 75 % des femmes affirment ne pas être traitées à égalité. Chez les hommes, les réflexes masculinistes persévèrent, puisqu’un quart des 25-34 ans pense qu’il faut parfois être violent pour se faire respecter.

« Le rapport montre bien le décalage entre cette prise de conscience et le maintien des stéréotypes qui continuent de forger les mentalités et les comportements. Il faut donc agir en adoptant un plan d’urgence comme le demande l’opinion publique : éduquer, réguler, sanctionner », indique l’étude.

Face à ce constat, le HCE espère par cette campagne « encore mieux sensibiliser l’opinion et les pouvoirs publics à la nécessité de lutte contre le sexisme », selon les mots de sa présidente, Sylvie Pierre-Brossolette. Afin d’en faire définitivement de l’histoire ancienne.

À voir également sur Le HuffPost :

Dolly Parton trop sexy à 77 ans ? Stars et fans fustigent les commentaires âgistes

« J’ai adhéré à l’idéologie misogyne des incels, mais j’essaie de m’en sortir »

VIDÉO - France : le sexisme bien ancré selon un rapport du haut conseil à l'égalité femmes-hommes