Severodonetsk : la défense ukrainienne est retranchée sur le site d'une usine chimique Azot

La bataille pour la ville-clé de Severodonetsk et sa jumelle Lyssytchansk apparaît de plus en plus violente.

"Afin de décourager nos troupes, l'ennemi pilonne nos positions et essaie de remporter le combat des tirs d'artillerie", a indiqué dans la nuit de samedi à dimanche le commandement opérationnel ukrainien de la région sud.

Il a précisé que l'armée de l'air ukrainienne avait détruit au cours des dernières 24h des dépôts de munitions et des équipements lors de trois frappes aériennes, sans indiquer de localisation.

"Des combats de rue acharnés se poursuivent à Severodonetsk", a dit le président Zelensky samedi soir, tout en signalant la reprise par les forces ukrainiennes de localités comme Tavriïské dans la région de Kherson, et dans celle de Zaporijjia.

L'état-major ukrainien a précisé dimanche matin que les Russes menaient "sans succès" des assauts contre Severodonetsk, soulignant que les soldats ukrainiens avaient aussi repoussé l'armée de Moscou près de Vrubivka, Mykolaevka ou encore Vasyivka.

Prendre Severodonetsk ouvrirait à Moscou la route d'une autre grande ville, Kramatorsk, une étape pour conquérir l'intégralité du bassin du Donbass, région essentiellement russophone en partie tenue par des séparatistes prorusses depuis 2014.

Retranchés dans une usine chimique

Selon un membre de l'administration militaire de Donetsk, "toutes les grandes villes du territoire libre" de cette région "sont privées d'électricité" depuis samedi en début de soirée. Il cite Kramatorsk, Slavyansk, Konstantinovka, Druzhkivka et Bakhmut.

A la télévision, le gouverneur de la région de Lougansk Serguiï Gaïdaï a décrit une sitution "difficile" à Popasna, à Severodonetsk et près de la rivière de Siversky Donets, dont le niveau a tellement baissé qu'il redoute de nouvelles tentatives russes de franchissement pour aller établir une nouvelle tête de pont près de Bilogorivka.

"A Tochkivka, de très puissants combats sont en cours", a-t-il également indiqué.

A Severodonetsk, la défense ukrainienne est retranchée sur le site d'une usine chimique Azot. "Des combats permanents se poursuivent", a précisé M. Gaïdaï. "L'enceinte de l'usine Azot est bombardée de façon puissante pendant des heures, à l'aide d'armes de gros calibre", a-t-il détaillé, évoquant "des combats de rue avec des armes à feu" mais aussi la destruction "étage par étage" par l'artillerie russe d'immeubles utilisés comme abris par les forces ukrainiennes.

"Severodonetsk n'est pas libérée à 100% (...) En tout état de cause (...), Severodonetsk (...) Lyssytchansk sera à nous", a déclaré Leonid Passetchnik, dirigeant de la région séparatiste de Lougansk.

Des dizaines de milliers de soldats morts

A Lyssytchansk, les habitants ont le choix entre fuir et perdre leur foyer, ou rester exposés aux bombardements.

Depuis plusieurs jours, les combats sont également intenses dans la région de Mykolaïv, voisine de la ville portuaire d'Odessa (sud). L'avancée russe a cependant été stoppée aux abords de la ville.

Il n'existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit. Pour la seule ville de Marioupol (sud-est), tombée en mai au terme d'un terrible siège, les autorités ukrainiennes évoquent quelque 20.000 morts.

Sur le plan militaire, des sources militaires occidentales évoquent désormais de 15.000 à 20.000 soldats russes tués.

Les forces ukrainiennes perdent chaque jour une centaine de soldats, a déclaré jeudi le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov. Aucune statistique indépendante n'est disponible.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles