Publicité

Les Serbes incités à remettre leurs armes illégales à la police, après les fusillades

Ils remettent leurs armes au commissariat : nous sommes en Serbie, une semaine après l’assassinat de 17 personnes, dont de nombreux enfants, lors de deux fusillades sans lien entre elles. Pour répondre à cette tragédie, le gouvernement incite les citoyens à rendre leurs armes illégales avant le 8 juin. Ils n’ont pas à prouver l’origine des armes, et ils n’encourent aucune sanction pénale.

"Je voudrais profiter de cette occasion pour demander aux citoyens d'apporter librement aux postes de police tout type d'arme en leur possession, a déclaré Zeljko Brkic, secrétaire d'État au ministère de l'intérieur, de ne pas les jeter, de ne pas les laisser dans l'espace public, ce qui augmenterait le niveau de danger social, car une arme peut à nouveau entrer en possession de personnes non autorisées".

Alors que le choc a cédé la place à la colère, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour protester contre la promotion de la violence dans les médias et les émissions de télé-réalité, réclamant la démission du gouvernement.

Les autorités ont également renforcé la sécurité dans les écoles, la première tuerie a eu lieu dans un établissement de Belgrade, où huit camarades du tireur et un agent de sécurité sont morts.

Depuis la guerre dans les Balkans, beaucoup d’armes circulent dans la région : 39% des habitants de la Serbie en possèdent, le taux le plus élevé d'Europe.