Publicité

"On se sent tellement humilié..." : Mika revient dans C à vous sur le harcèlement qu'il a subi étant enfant (VIDEO)

Si Mika est aujourd'hui un homme épanoui aussi bien artistiquement que sentimentalement, tout n'a pas toujours été rose pour l'auteur/compositeur/interprète. Le coach de The Voice a notamment confié dernièrement avoir subi du harcèlement au cours de son enfance : des insultes et des attaques physiques de la part d'autres élèves, tels que des jets de canettes et de cailloux, mais aussi de la part d'une enseignante. Convié ce jeudi 7 décembre de l'émission de France 5 C vous, Mika a été questionné sur cette période sombre et traumatisante de son existence.

"Je vous ramène à l'enfance, cette enfance marquée par le harcèlement et peut-être pire que le harcèlement où on l'entend par des camarades d'école, des humiliations que vous infligeaient vos professeurs dès l'âge de 8 ans", a rappelé le chroniqueur Patrick Cohen. Michael Holbrook Penniman, Junior, de son vrai nom est alors revenu sur cet épisode : "J'étais très jeune. C'est une chose quand c'est des gens dans la cour de récréation mais ensuite quand c'est quelqu'un qui a le pouvoir, on se sent tellement humilié qu'on ne veut même pas le dire à ses parents. Je ne pouvais pas dire à mes parents ce qui se passait. Je ne savais pas comment confronter ces deux choses. Je me sens complètement dévalorisé et un vaurien qui a 8 ou 9 ans, qu'est-ce qu'il va faire ? Il va tout faire pour devenir invisible", a-t-il témoigné. Et de poursuivre : "Je voulais disparaître, j'ai arrêté de réagir, je ne prenais plus de notes dans mon cahier, je ne faisais plus mes devoirs, je communiquais beaucoup moins, j'ai arrêté de jouer de la musique et de parler. Et le vaurien est vraiment devenu effacé. Et elle avait gagné", s'est remémoré l'interprète de Grace Kelly.

À lire également

"Allez vous faire foutre" : Mika revient sur ce jour où il a refusé de collaborer avec les managers des Spice Girls

Mika s'était déjà confié à de plusieurs reprises sur ce parlement, comme par exemple dans l'émission Suite parentale."Elle avait décidé que c'était moi qu'elle allait harceler. J'étais mis sur une chaise, je devais attendre une heure, deux heures, sans bouger. Je demandais d'aller à ...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi