Publicité

Selon une étude, l’herpès persiste jusqu’à une heure sur la nourriture

Des chercheurs canadiens ont constaté que l’herpès de type 1 restait sur certaines surfaces comme l’acier inoxydable, l’aluminium, le verre et le plastique.

Le virus Herpes simplex de type 1 (HSV-1) peut provoquer un herpès labial (Getty Images) (Getty Images)

Selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé, plus de 3,7 milliards de personnes âgées de moins de 50 ans sont infectées par le virus Herpes simplex de type 1 (HSV-1). C’est ce virus qui peut provoquer un herpès labial appelé plus communément un bouton de fièvre. "L'herpès labial forme un bouquet de vésicules situé sur une zone de rougeur, formant un bouton de fièvre. Les vésicules contiennent un liquide clair riche en virus. Elles se rassemblent parfois en formant une bulle, puis se rompent", détaille Ameli Santé.

Particulièrement contagieux lors d'un baiser notamment, l’herpès peut également se contracter via l’alimentation met en garde une récente étude. En effet, des chercheurs de l’Université canadienne de Laval ont démontré que l’herpès de type 1 persistait jusqu’à une heure sur les aliments. Comme l'explique le Journal de Montréal, les scientifiques ont évalué la persistance du virus sur du fromage, des amandes, une pelure de pomme, du jus d’orange, du lait et une boisson gazeuse.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "L’herpès est un désastre. C’est extrêmement contagieux. 80% de la population en est atteinte"

Un transfert du virus

"Nos résultats montrent que les aliments et les surfaces peuvent potentiellement être impliqués dans la transmission de ce virus. Même si cette voie de transmission n’a jamais été démontrée chez l’Homme, notre étude constitue une mise en garde en ce qui concerne le partage d’aliments et de boissons", détaille la responsable de l’étude, Julie Jean, professeure à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation.

Et de compléter : "Nous avons aussi évalué la transférabilité du virus entre une surface en acier inoxydable et des gants en latex ou en nitrile, comme ceux utilisés par les personnes qui travaillent dans l’industrie alimentaire". Grâce à cela, les scientifiques ont identifié la présence du virus sur certaines surfaces comme l’acier inoxydable, l’aluminium, le verre et le plastique. L'équipe a remarqué une exception sur le cola "probablement en raison de son acidité".

VIDÉO - Herpès : 8 choses à savoir sur cette maladie