« Secundinus, l’emm… » : un graffiti romain insultant découvert par les archéologues

Vue d'une partie des 5 hectares du site archéologique Vindolanda (photo d'illustration).
Vue d'une partie des 5 hectares du site archéologique Vindolanda (photo d'illustration).

Gravée sur une des pierres du site archéologique de Vindolanda (Royaume-Uni), une inscription vieille de 1 700 ans a laissé pantois les spécialistes de l'épigraphie romaine. Aussi inattendu qu'amusant, le message a été rédigé à proximité directe d'une représentation phallique. « Secvndinvs Cacor », traduit du latin en « Secundinus, l'emmerdeur », peut-on lire à droite du pénis dessiné, relate vendredi 27 mai le quotidien britannique The Independent. La grossièreté vise ledit Secundinus, soldat romain qui a vraisemblablement arpenté cet ancien fort, situé à proximité du mur d'Hadrien et du Sycamore Gap Tree, un gigantesque érable devenu une attraction touristique.

Le juron a été mis au jour le 19 mai par Dylan Herbert, biochimiste à la retraite. « J'avais enlevé beaucoup de décombres toute la semaine et, pour être honnête, cette pierre me gênait, j'étais content quand on m'a dit que je pouvais la sortir de la tranchée. De dos, elle ressemblait à toutes les autres, une pierre très ordinaire, mais, quand je l'ai retournée, j'ai été surpris de voir clairement des lettres », raconte celui qui s'était engagé bénévolement à participer aux fouilles deux semaines auparavant. Après avoir ôté la boue qui dissimulait cette pierre de 40 centimètres de large et 15 centimètres de haut, Dylan Herbert a appelé Alexander Meyer, Alex Mullen et Roger Tomlin, tous spécialistes de l'épigraphie romaine, qui ont traduit l'inscription.

Vindolanda ancient graffiti news! We don't k [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles