Se mettre de l'ail dans le vagin, la nouvelle lubie débile et dangereuse prônée par des YouTubeuses

Katia Rimbert
Journaliste

Dans la famille de trucs bien WTF, je demande l’ail dans le vagin ! Non, vous n’êtes pas arrivé dans une dimension parallèle, vous êtes bien sur Terre et en 2019. Une gynécologue américaine a dû lancer un message sur Twitter pour rappeler que NON JAMAIS NEVER EVER il faut insérer une gousse d’ail dans sa foufoune. Oui, j’ai écrit foufoune, et alors ?

Garlic Cloves and Bulb for food cooking in the kitchen

Quelles que soient vos pratiques sexuelles, que vous soyez un.e fétichiste un peu chelou, que vous aimiez bien les jeux coquins, honnêtement… Peu importe. Ça ne nous regarde pas et vous faites bien ce que vous voulez. Mais mesdames, mesdemoiselles, insérer des légumes/aliments/épices/objets coupants dans votre vagin, c’est définitivement non. Parce que c’est dangereux. Ah bon ? Première nouvelle.

Oui parce que visiblement, ça ne coule pas de source pour tout le monde. Sur Twitter, on a vu apparaître le hashtag le plus risible et en même temps le plus inquiétant de l’année : #vaginaisanogarliczone.

Doit-il vraiment y avoir un débat ?
On ne sait pas comment on en est arrivé là mais certaines YouTubeuses ont affirmé haut et fort que se mettre de l’ail dans la chatte, c’était cool. Et que cela permettrait d’éviter entre autres de choper des mycoses mais aussi de ne plus avoir une petite odeur de crevette pas toujours très agréable (et bon appétit !).

Entre deux tutos beauté et un replay d’un épisode d’une émission de télé-réalité, on peut donc tomber sur des vidéos de nanas qui nous expliquent comme accrocher un fil à un morceau d’ail et insérer celui-ci comme un tampon. La bêtise et l’ignorance n’ont pas de limites.

Forcément, certaines internautes ont suivi ces bons conseils. On ne sait pas où est passé leur bon sens, on cherche encore. Vous imaginez bien (enfin, on espère) que se mettre de l’ail dans le minou… Et bah ça pique ! Ça irrite énormément les muqueuses, ça brûle et c’est évidemment dangereux pour la santé.

Remettre les points sur le i
Du coup, une gynécologue américaine s’est dit qu’il fallait faire quelque chose. Elle s’est donc saisie de son compte Twitter pour remettre l’église au milieu du village, comme dirait mamie. La médecin ne s’est pas contentée d’un bref rappel à l’ordre, elle s’est carrément fendue de 10 tweets pour expliquer le pourquoi du comment. Et démonter un par un les arguments des nanas qui n’y connaissent rien.

“Pourquoi il ne faut pas mettre d’ail dans son vagin”, a tout d’abord écrit Jennifer Gunter sur le réseau social. Ah oui, tiens, bonne question. Parce qu’en plus d’inflammer les parties intimes, elle peut contenir une bactérie – qui vient de la terre où a poussé la gousse – qui adore se développer en milieu humide. Un vagin n’étant pas l’endroit le plus sec au monde, on vous laisse trouver le lien de cause à effet.

Alors oui, l’ail a plein de propriétés très chouettes. Elle peut notamment contenir un antibiotique naturel, qui porte le joli nom d’acilline et peut être anti-germes. Mais ça, ça fonctionne uniquement en laboratoire, dans un milieu stérile, lors de tests sur des cellules… Bref, dans la recherche scientifique, avec des gens qui maîtrisent leur sujet. Pas chez toi, un soir où tu t’ennuies et qu’il te reste un bout d’ail au fond du frigo.

La spécialiste explique aussi que les femmes qui vantent cette pratique affirment qu’il faut insérer une gousse d’ail entière dans le vagin. Sauf qu’en réalité, pour que le fameux antibio émane de la plante, il faut qu’elle soit coupée ou écrasée. La démonstration ne s’arrête pas là. On ne va pas reprendre ses arguments un par un ici mais globalement, IL NE FAUT PAS FAIRE ÇA. Non mais quelle idée, voyons.