Scandale. Une femme offerte comme dot en Mauritanie : le débat sur l’esclavage relancé

Le Calame (Nouakchott)
·2 min de lecture

Plusieurs médias mauritaniens ont révélé qu’une femme avait été offerte comme esclave lors d’un mariage dans la ville d’Ouadane. Elle est issue des Haratines, l’ethnie la plus discriminée du pays. De quoi relancer le débat brûlant sur ces pratiques encore d’usage en Mauritanie, au grand dam des ONG qui tentent d’y mettre un terme.

La cérémonie de mariage d’Ouadane, ville historique du nord de la Mauritanie, aurait dû être placée sous le sceau du bonheur. Mais, alors que l’union des mariés était à peine prononcée, elle a été l’objet d’une polémique. Selon plusieurs médias, Moima, une femme noire de l’ethnie des Haratines, dont sont issues la plupart des personnes victimes d’esclavage en Mauritanie, a été offerte en dot à la mariée. “Le citoyen mauritanien a offert une esclave haratine à sa dulcinée”, rapporte le site d’information mauritanien Le Calame.

À lire aussi: Polémique. Lola, esclave moderne aux États-Unis

Une information qui fait scandale. Le 31 mars, une manifestation a été organisée devant le palais présidentiel de Nouakchott, place de la Liberté. De concert, militants des droits humains et représentants de la classe politique ont appelé les autorités à condamner cet acte.

Bras de fer

Le président de SOS Esclaves, Boubacar Ould Messaoud, lui-même descendant d’esclaves, affirme avoir reçu la confirmation des faits de la part des personnes concernées. “Les personnes impliquées dans cette pratique d’esclavage se sont présentées à nos locaux d’Atar pour se plaindre de la divulgation de l’affaire d’Ouadane et pour nous affirmer, en présence de témoins, ici présents, que Moima est leur esclave”, explique-t-il.

À lire aussi: Afrique. En Mauritanie, être esclave de mère en fille

Mais pour le pouvoir en place, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH), une organisation proche du pouvoir, a, au terme d’une enquête, nié en bloc l’existence “de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :