Publicité

Savez-vous quel est le véhicule d’occasion le plus vendu cette année ?

Parce qu’une voiture neuve est encore bien trop chère pour votre budget, vous êtes davantage prompts à acheter un véhicule de seconde main en ce moment. D’après le dernier relevé mensuel de l’expert de la donnée valorisée et augmentée, AAA Data, le marché français des voitures d’occasion a conclu un mois de novembre en hausse de 6,1 % par rapport à la même période l’année dernière, à 441 400 transactions. Un regain dans la continuité de la bonne tenue des ventes en octobre. Le hic, c’est qu’il s’agit pour l’instant des deux seuls mois de progression… Ce qui fait que les immatriculations de cartes grises de voitures de seconde main accusent un léger retard par rapport à 2022, à -0,8 % depuis le 1er janvier 2023. En effet, sur les onze premiers mois de 2023, AAA Data fait état de 4 757 904 voitures d’occasion échangées, contre 5 204 605 unités l’année précédente (un résultat déjà en recul de -13,5 %). Bien que leur business soit moins florissant qu’il y a un an, les marques françaises tirent toujours leur épingle du jeu : Renault s’impose avec 887 505 modèles au losange vendus (-3 %), talonnée par Peugeot avec 844 078 transactions (-1,2 %) et Citroën et ses 508 172 ventes (-1,3 %).

Avec ce top 3 des ventes, vous pouvez deviner quel modèle de voiture d’occasion est le préféré des Français, depuis le début de l’année. C’est… la Renault Clio qui est de loin la plus vendue, à 306 467 transactions faites à des clients particuliers de janvier à novembre. Une reine incontestée car notons (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vente aux enchères : vous pouvez acheter des voitures à partir de 50 euros
Renault, Tesla… à votre avis, quels constructeurs autos sont dans le top 10 des ventes de voitures en novembre ?
Pourquoi Tesla joue très gros avec le lancement du pick-up 100% électrique Cybertruck
Dacia veut continuer à surfer sur le succès du Duster en lançant son troisième opus
Périphérique parisien à 50 km/h : 40 millions d’automobilistes saisit le ministère des Transports