Pour Sarkozy, Zemmour est "le symptôme du vide" du débat politique

·1 min de lecture

L'ancien président de la République, invité mardi soir sur CNews et Europe 1, est revenu sur les récentes prises de parole du polémiste, dont les ambitions présidentielles se confirment de jour en jour.

L'ancien président Nicolas Sarkozy, invité ce mardi soir sur Europe 1 et Cnews, n'a pas épargné le polémiste Éric Zemmour, qui est selon lui "le symptôme du vide" du débat politique. 

"La pression d'une pensée unique est telle, qu'elle a fini par vider le débat politique" et ce vide "permet aux excès, aux extrêmes, à tous ceux dont l'excès sert d'argumentation, de prendre toute la place", a insisté l'ancien président.

"Il ne faut pas s'attaquer aux excès et aux extrêmes, il faut redonner du contenu à ceux qui ne sont ni dans l'excès ni dans les extrêmes, a ajouté Nicolas Sarkozy en guise de réponse. 

"Trop tôt" pour soutenir un candidat 

Interrogé enfin sur le soutien éventuel qu'il accorderait à l'un ou l'une des candidats à la présidentielle de 2022, l'ex-chef de l'État a répondu que son "devoir sera de prendre position le temps venu".

"Je suis à l'extérieur, je ne veux pas commenter ce qu'est la vie politique. Il est beaucoup trop tôt", a conclu Nicolas Sarkozy.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Yann Moix : "Zemmour ? L’Élysée l’intéresse moins que la masturbation de son égo… On va le retrouver dans un an et demi, piteux, à raconter les sempiternelles mêmes histoires (Les Arabes et les Noirs, dehors !)"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles