Publicité

Sarah Grappin sous l'emprise d'Alain Corneau ? Sa veuve Nadine Trintignant refuse "qu'on dise n'importe quoi"

La comédienne Sarah Grappin vient, pour "L'Obs", de relater la relation d'emprise qui la liait au réalisateur Alain Corneau, rencontré en 1994 et aujourd'hui décédé. Une prise de parole qui fait suite à celle de Judith Gotrèche, notamment.

Sarah Grappin est une comédienne de 45 ans, qui apparait notamment dans le film de Cédric Klapisch Ce qui nous lie (2017), campant alors dans ce long-métrage le rôle de la mère, aux côtés de Pio Marmaï et d'Ana Girardot. Elle est habituellement assez discrète. Mais "depuis deux semaines, l'actrice entend et lit des phrases qui auraient pu être les siennes, à la virgule près", expliquent nos confrères de L'Obs qui l'ont rencontrée. Et d'ajouter : "Elle aussi a été la muse-enfant d'un réalisateur né dans les années 1940." A savoir Alain Corneau, décédé en 2010.

Le magazine fait ici référence au récent témoignage de Judith Godrèche, qui vient de dénoncer publiquement la relation qu'elle a vécue avec Benoît Jacquot, elle, 14 ans, lui, 39 ans (elle accuse aussi Jacques Doillon de faits similaires). Sarah Grappin explique que cette relation d'emprise a débuté pendant la "prépa" du Nouveau Monde, en 1994. Elle n'avait alors que 15 ans, et Alain Corneau l'appelait "ma princesse". Le dernier jour du tournage, le réalisateur lui avait tenu la main, "comme d'habitude", "comme des amoureux". Mais il l'avait cette fois-ci amené dans un coin, avant de, entre deux camions de régie, lui demander : "Est-ce que tu veux m'embrasser ?"

Une...

Lire la suite


À lire aussi

Alain Delon placé sous sauvegarde de justice, ses enfants Anthony et Anouchka réagissent
"Il m'a carrément prescrit..." : Alain Souchon, un programme fou sous ordre du médecin !
Alain Delon mis sous protection judiciaire ? Son avocate prend les devants en pleine guerre des clans