Santé mentale. Covid-19 : comment les scientifiques suivent la flambée de dépressions

Nature (Londres)
·1 min de lecture

Des études de grande ampleur visent à établir des liens entre la santé mentale, la pandémie et les mesures mises en place pour y faire face.

La pandémie de Covid-19, qui entre dans sa deuxième année, a déjà eu un effet marqué sur la santé mentale de la population mondiale, estiment des experts. À titre d’illustration, Nature – qui rapporte des données du Bureau du recensement des États-Unis – fait savoir que plus de 42 % des Américains interrogés en décembre ont signalé des symptômes d’anxiété ou de dépression alors qu’ils n’étaient que 11 % entre janvier et juin 2019.

Il faut dire que la pandémie a déjà coûté la vie à plus de 2 millions de personnes, mis des activités économiques à l’arrêt, entravé les interactions sociales, rendu quasiment impossibles les déplacements à l’étranger… Sans parler de la fatigue due à la maladie, de la lassitude et de l’inquiétude que provoque l’émergence de nouveaux variants du virus. Autant de sources de stress qui pourraient avoir des effets durables sur la santé mentale, même après la disparition de la pandémie, selon de nombreux chercheurs qui planchent sur le sujet.

À lire aussi: Psychologie. Le confinement sera un traumatisme durable pour nos esprits

Dans ce contexte, plusieurs études ont été lancées à travers le monde afin de suivre de manière détaillée l’évolution de l’état de santé mentale des populations et de pouvoir comparer les situations. “Nous avons une vraie occasion d’étudier la manière dont les politiques sanitaires des différents pays se répercutent sur la santé mentale de la population”, estime Kathleen Merikangas, épidémiologiste à l’Institut national de santé mentale de Bethesda, dans le Maryland.

Préparer l’

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :