Santé: le gouvernement donne le top départ de la négociation entre médecins et Sécu

Santé: le gouvernement donne le top départ de la négociation entre médecins et Sécu
Le ministre de la Santé François Braun à l'Assemblée nationale, le 20 octobre 2022 à Paris - Alain JOCARD © 2019 AFP
Le ministre de la Santé François Braun à l'Assemblée nationale, le 20 octobre 2022 à Paris - Alain JOCARD © 2019 AFP

Une discussion qui devra aboutir "avant la fin du premier trimestre 2023." Accès aux soins, prévention, numérique: le ministre de la Santé François Braun et sa ministre déléguée Agnès Firmin Le Bodo ont fixé jeudi les objectifs de la négociation qui doit s'ouvrir prochainement entre l'Assurance maladie et les syndicats de médecins libéraux.

"La priorité du gouvernement est d'assurer un égal accès à la santé, à la prévention et à des soins de qualité pour tous", affirment les ministres dans la lettre de cadrage adressée au directeur de l'Assurance maladie, Thomas Fatôme.

Ce document donne formellement le coup d'envoi de la négociation d'une nouvelle convention avec les médecins libéraux, qui définira notamment leurs tarifs et aides financières pour la période 2023-2027.

Des dispositifs "favorisant l'installation et le maintien"

Il devra également intégrer certains éléments déjà annoncés début octobre dans le cadre du Conseil national de la refondation, notamment "l'accès à un médecin généraliste traitant pour tous" et le triplement du nombre d'assistants médicaux à "10.000 d'ici 2025".

Des mesures que les ministres souhaitent voir compléter par d'autres dispositifs "favorisant l'installation et le maintien" des praticiens dans les déserts médicaux, quitte à "optimiser les aides" existantes en contrepartie "d'engagements forts des professionnels".

Le gouvernement demande également de "renforcer la place de la prévention", en particulier la santé mentale, l'alimentation et l'activité sportive, mais aussi de muscler la lutte contre la fraude, "qui concerne peu de praticiens mais entache l'ensemble de la profession".

Des avancées sont aussi attendues pour "libérer un maximum de temps aux médecins" afin de leur "permettre de suivre un plus grand nombre de patients", y compris via "de nouvelles répartitions des compétences" avec les autres professions de santé.

Les négociateurs sont enfin appelés à "valoriser les pratiques vertueuses" des outils numériques, et permettre en premier lieu à "l'utilisation encadrée de la télémédecine (de) se poursuivre".

Pour que la future convention puisse produire ses effets au plus vite, le budget de la Sécu sur lequel le gouvernement a déclenché le 49.3 mercredi soir prévoit que cet accord s'appliquera immédiatement, au lieu du délai habituel de six mois.

Article original publié sur BFMTV.com